Rocket Lab a achevé la construction de sa base de lancement 

Rocket Lab travaille depuis plusieurs mois sur une base de lancement située en Nouvelle Zélande. Les efforts consentis par l’entreprise et ses salariés ont visiblement fini par payer. La construction du complexe vient de s’achever et la société va donc pouvoir passer à la vitesse suivante.

Ce nom n’est pas encore très connu en Europe mais Rocket Lab n’est pas un nouveau-venu sur le marché. En réalité, l’entreprise a ouvert ses portes en 2007 et elle travaille depuis cette époque sur son propre lanceur, Electron.

Rocket Lab

Rocket Lab veut rendre l’espace plus accessible.

Contrairement à Elon Musk, elle n’a pas l’intention d’envoyer des gens sur Mars, ou même ailleurs.

Rocket Lab veut démocratiser le lancement de satellites

En réalité, elle s’est donnée pour mission de démocratiser le lancement de satellites. Comment ? En s’appuyant sur les CubeSats.

Si ce terme n’évoque rien de spécial en vous, alors sachez qu’il fait référence à un format de nano-satellites inventé à la fin des années 90 par l’Université Polytechnique de Californie et par l’Université Stanford pour réduire les coûts de lancement des satellites.

Les CubeSats sont en effet beaucoup moins imposants que les appareils traditionnels et leur masse est généralement comprise entre un et dix kilogrammes. Accessoirement, ils ressemblent tous à des cubes et c’est précisément ce qui leur a valu d’être appelés ainsi.

Développer un satellite n’est pas une mince affaire, mais il est encore plus difficile de le placer en orbite. Ces opérations coûtent généralement très cher et peu d’universités ont des moyens suffisants pour les financer.

Partant de ce principe, Rocket Lab a commencé à travailler sur un lanceur bon marché capable de placer en orbite une charge totale de 100 kg à une altitude tournant autour des 500 km : l’Electron.

Quatre à cinq lancements par mois

Mais l’entreprise ne s’est pas contentée de construire un lanceur. Elle a aussi décidé de construire sa propre base de lancement, une base située en Nouvelle Zélande, loin de tout.

Comme annoncé un peu plus haut, la construction du complexe vient de s’achever. Mieux, Rocket Lab est parvenue à négocier avec les autorités du pays afin d’avoir le droit de procéder à un lancement toutes les soixante-douze heures. Attention cependant car elle n’a pas non plus l’intention de se fixer une telle cadence.

En réalité, dans les faits et d’après le patron de l’entreprise, il faudrait s’attendre à quatre ou cinq lancements par mois.

Une chose est sûre en tout cas, Rocket Lab peut se frotter les mains car il a réussi à ouvrir son complexe avant SpaceX. L’entreprise de Elon Musk est effectivement en train de construire sa propre base de lancement au Texas mais il faudra sans doute attendre encore quelques mois avant qu’elle n’ouvre officiellement ses portes.

En tout cas, si vous avez envie d’envoyer votre propre CubeSat en orbite, alors sachez qu’il vous en coûtera la modique somme de 50.000 $. Plutôt raisonnable, non ?

Mots-clés espacerocket lab