Rocket Lab a pour la première fois placé en orbite des satellites

Le début de l’année 2018 est placé sous le signe de la réussite pour la société aérospatiale Rocket Lab. En mai 2017, la start-up prévoyait déjà d’effectuer le tout premier tir de lanceur depuis la Nouvelle-Zélande, mais l’opération avait été reportée, car la météo n’y était pas favorable. Plusieurs mois après, l’entreprise a pu enfin mettre en orbite ses premiers satellites depuis son pas de tir en Nouvelle-Zélande.

Cette opération a pu se faire grâce au lanceur baptisé Electron conçu par Rocket Lab et dont certaines pièces du moteur ont été imprimées en 3D pour réduire le coût des missions. Grâce à une conception modulaire, l’assemblage de ce lanceur peut se faire rapidement. L’objectif de la société aérospatiale est de faciliter l’exploration de l’espace proche de la Terre.

Rocket Lab

La réussite de cette opération permettra à Rocket Lab de lancer son service commercial de mise en orbite de petits satellites.

Un lanceur doté de neuf moteurs

En termes d’économie, Rocket Lab a trouvé le bon filon. Avec son moteur partiellement conçu grâce à l’impression 3D, le lanceur Electron permet à la société de réduire le coût de lancements des satellites. Ce lanceur est propulsé par neuf moteurs Rutherford, tous alimentés par un mélange d’oxygène et de kérosène, développés par Rocket Lab.

Avant le lancement de ces premiers satellites, l’Electron a été soumis à de nombreux tests pour s’assurer de sa robustesse et de sa fiabilité.

Le corps du lanceur quant a lui a été construit à partir de matériaux composites légers et solides.

Un marché prometteur

Grâce à son lanceur, Rocket Lab espère lancer hebdomadairement de petits satellites en orbite basse, une opération riche en opportunités. Le lancement de ces petits satellites est un marché appelé à se développer dans les prochaines années avec un coût de mission qui avoisinera les 5 millions de dollars.

Pour l’instant, les missions s’élèvent à des dizaines voire des centaines de millions de dollars. Avec ce premier tir d’essai réussi, Rocket Lab prouve qu’il est digne de confiance et assez expérimenté pour prendre en main ce genre d’opération.

La société aérospatiale projette d’effectuer plus de 50 tirs par an. À long terme, Rocket Lab prévoit un rythme de 120 tirs annuels.

Mots-clés espacerocket lab