Rocket Lab veut partir pour Vénus afin de trouver des signes de vie dans ses nuages

Les nuages de Vénus recèleraient-ils encore de la vie ? C’est la question à laquelle Peter Beck, le fondateur et PDG de Rocket Lab, une compagnie californienne spécialisée dans le lancement de minisatellites, veut répondre. Pour ce faire, la boîte compte envoyer, en 2023, une sonde qui ira voir de plus près les nuages de Vénus.

La planète Vénus, décrite comme « la Terre suite à une catastrophe climatique » par Beck a, selon ce dernier, un potentiel astrobiologique et « quel que soit le retour scientifique de cette mission, elle pourrait changer la donne en matière d’exploration ».

Une photo de Vénus, une planète très mystérieuse

Crédits Pixabay – image recadrée

Pour information, Rocket Lab propose déjà des lancements de satellites en orbite terrestre basse et moyenne. Avec cette mission astrobiologique en tête, son fondateur projette donc de lancer une ou plusieurs sondes en orbite autour de Vénus pour y chercher des signes des signes de la vie. Et ce, à titre purement privé.

Et si la vie avait survécu dans des poches habitables de l’atmosphère de Vénus ?

Il y a quelques millions d’années, Vénus était un monde tempéré, avec des rivières, des lacs et des océans qui ont perduré durant un bout de temps. Mais apparemment, un effet de serre incontrôlable a fini par transformer Vénus en une planète desséchée avec des températures très élevées et une pression atmosphérique écrasante.

Les scientifiques pensent que si la vie a auparavant existé sur cette planète, elle a peut-être trouvé refuge dans l’atmosphère de Vénus, où elle pourrait persister, pourquoi pas jusqu’à aujourd’hui, dans des poches habitables.

En effet, à environ 50 km de la surface vénusienne, c’est à dire dans l’atmosphère, la température et la pression sont similaires à celles qu’on a à la surface de la Terre.

À lire aussi : Il y a quelque chose d’étrange caché dans les nuages de Vénus

Une mission privée pour chercher la vie dans l’atmosphère de Vénus

Beck et son équipe tenteront donc de trouver des signes de vie dans l’atmosphère de Vénus, bien que rien ne garantisse l’existence de telles choses. Et quand bien même la vie y existerait toujours, rien n’assure qu’on pourra la découvrir.

Ce sera toutefois sans compter la bonne volonté de Beck et de son entreprise qui, grâce aux récents progrès de la technologie relative aux batteries alimentant les moteurs de ses appareils, comptent bien mener ce projet à son terme.

Pour ce faire, l’entreprise va utiliser ses deux appareils, à savoir la fusée Electron en guise de lanceur, et la plateforme satellite Photon pour le transport des charges utiles dédiées à l’observation des nuages de Vénus. Photon aura alors pour mission de déployer une ou plusieurs petites sondes dans l’atmosphère de Vénus. Et tout cela, dans le cadre d’une mission privée prévue pour 2023.

À lire aussi : Des volcans actifs sur Vénus ?