Rocksteady (Batman: Arkham) accusé d’avoir laissé prospérer une ambiance toxique dans l’entreprise

Les employés de sociétés vidéoludiques n’hésitent plus à s’exprimer sur les comportements déplacés qui peuvent survenir sur le lieu de travail. Les médias auront, ces dernières semaines, révélé plusieurs agressions et harcèlements sexuels chez Ubisoft, poussant son PDG à prendre de grosses décisions, parmi lesquels le départ des personnes accusées. Et aujourd’hui, c’est le Guardian qui publie une autre enquête qui vise un autre studio majeur : Rocksteady. La société, connue pour sa franchise Batman: Arkham, est accusée d’avoir laissé prospérer une ambiance toxique.

Selon plusieurs employés, motivés par les répercutions de l’affaire Ubisoft, ont décidé de s’exprimer à ce propos.

Une image mettant en scène Batman

Crédits WB Games Montréal

Selon eux, les dirigeants de Rocksteady ont sciemment fermé les yeux sur des cas de harcèlements et autres propos sexistes, voire haineux.

Un simple séminaire en réponse aux accusations

Rocksteady fait face à de lourdes accusations. En 2018, une dizaine d’employés a contacté les dirigeants de l’entreprise pour les avertir de plusieurs comportements toxiques au sein de la société. Ces dernières ont rapporté plusieurs événements, comme des échanges sexistes, haineux à l’égard des personnes transgenres, des allusions sexuelles et autres comportements déplacés

Les employés expliquent, en 2020, que rien n’a changé malgré cette lettre aux dirigeants de Rocksteady. Pire encore, certains n’hésitent pas à rester silencieux par peur d’être licenciés ou que leurs noms soient retirés au générique d’un jeu.

L’une des signataires de la lettre envoyée aux dirigeants de Rocksteady explique que, ces derniers, en réponse, ont simplement organisé un séminaire d’une heure. Il suffisait aux employés de signer.

Dans une réponse au Guardian, Rockstead s’est exprimé à propos de cette affaire : “En 2018, nous avons reçu une lettre d’employés partageant des inquiétudes, et nous avons immédiatement répondu pour résoudre ces soucis. Pendant les deux dernières années, nous avons écouté et appris de nos employés, faisant en sorte que tout le monde se sente entouré. En 2020, nous avons encore plus la volonté de faire preuve d’inclusivité et sommes prêts à défendre notre personnel“.

Quant à la fameuse signataire évoquée plus haut, cette dernière explique que, qu’importe, “à quel point vous dites défendre la diversité, si vous jouer à l’autruche, on finira par le savoir tôt ou tard“.