RomUniverse attaque Nintendo

L’histoire a commencé lorsque Nintendo a porté plainte contre la plateforme RomUniverse qui permet à ses utilisateurs de télécharger du contenu comme des jeux vidéo, des films, ou encore des livres. Selon Nintendo, plusieurs de ses titres font partie du contenu accessible sur le site, ou plutôt des copies piratées. De plus, les responsables du site ont gagné de l’argent à partir de ces téléchargements illégaux et ont même créé des comptes premium avec téléchargements illimités.

Matthew Storman, l’administrateur du site RomUniverse a décidé de se défendre par lui-même et a déposé une demande de non-lieu. Celle-ci a été rejetée par la cour et Storman a dû faire face aux accusations et répondre à la plainte de Nintendo devant le tribunal.

Crédits Pixabay

Ainsi, Storman a déposé sa réponse au niveau de la cour fédérale de la Californie tout en continuant à refuser qu’il y a eu infraction et piratage. De plus, le patron du site a complètement renversé la situation en attaquant lui-même Nintendo et en demandant des dédommagements pour diverses raisons.

La ligne de défense de Storman

Storman a déclaré qu’il n’était au courant d’aucun contenu illégal mis en ligne sur le site, et s’il y en a, que ces téléchargements sont protégés par la doctrine de la première vente. Il a ainsi indiqué qu’il ne pouvait pas être poursuivi pour des mises en ligne effectuées par d’autres personnes. Dans sa réponse, il a aussi écrit que le site fournit un accès à tous les fichiers organisés par titre aux titulaires des droits d’auteur. Il y a ainsi selon lui un contrat implicite avec la compagnie Nintendo qui peut d’elle-même localiser les éléments qui sont contrefaits.

En ce qui concerne la question de l’argent, Storman a indiqué que le site peut percevoir des frais d’adhésion tant que Nintendo n’enlève aucun contenu.

Renverser la situation

Ce qui est assez surprenant dans cette affaire c’est que Storman a renversé la situation en disant que la compagnie de jeux vidéo a profité de la publicité offerte par son site sans payer un sou. Ainsi, l’administrateur de RomUniverse attaque directement Nintendo en demandant des dédommagements pour toute la publicité réalisée gratuitement pendant 10 ans.

Au lieu de payer des compensations à Nintendo, Storman demande donc que la compagnie lui verse 150 000 dollars par œuvre protégée pour les fausses allégations d’infraction, ainsi que 2 millions de dollars pour chaque fausse allégation de contrefaçon.

Storman va encore plus loin en demandant que le géant des jeux vidéo approuve de façon permanente toutes les utilisations de ses œuvres protégées incluant la copie, la vente, la distribution, l’exécution, la lecture etc.

On peut dire que le geste de Storman est assez téméraire puisque ses demandes correspondent exactement à ce que Nintendo demande pour les infractions commises sur ses titres. La compagnie japonaise exige aussi que le site arrête une fois pour toute la copie de ses œuvres protégées. Dans tous les cas, on saura bien assez tôt laquelle des deux parties gagnera devant le tribunal.

Mots-clés nintendo