Roswell : il existerait une autre Zone 51 dans l’Ohio

Raymond Szymanski a travaillé pendant plusieurs années comme ingénieur pour l’armée de l’air. Il a récemment révélé l’existence d’une base secrète située dans l’Ohio, une base liée à l’incident de Roswell.

En 1947, un appareil volant non identifié est passé à toute vitesse dans le ciel au-dessus de la ville de Roswell au Nouveau-Mexique. Les habitants ont alors entendu une explosion et certains d’entre eux ont vu un engin s’écraser dans le désert, à quelques kilomètres de la ville.

Zone 51 Timelapse

L’armée américaine a été immédiatement prévenue par les autorités et elle a envoyé plusieurs soldats sur place pour boucler la zone.

Roswell, un crash qui a fait couler beaucoup d’encre

Quelques heures plus tard, la base militaire située dans la région a alors publié un communiqué de presse évoquant le crash d’une soucoupe volante. Les médias se sont ensuite emparés de l’affaire et l’incident s’est retrouvé sous les feux des projecteurs pendant de nombreuses semaines.

William H. Blanchard dirigeait à l’époque la base militaire à l’origine de ce communiqué de presse maladroit. Lorsqu’il a entendu parlé du crash, il en a immédiatement référé à son supérieur direct, le général Roger M. Ramey.

Ce dernier a alors demandé à ce que les débris de l’engin soient rapatriés à la base de Forth Worth en vue d’être analysés. L’homme a ensuite publié un second communiqué dans lequel il évoquait cette fois la chute soudaine d’un ballon météo, allant même jusqu’à inviter des reporters sur place afin de faire taire toutes les rumeurs.

Tout ne s’est cependant pas passé exactement comme prévu et le mythe de Roswell a perduré dans les années suivantes, donnant lieu à des enquêtes, des documentaires ou même des livres.

D’après la légende, les restes de la soucoupe volante trouvée sur les lieux du crash auraient été transportés dans une base militaire secrète, la fameuse et incontournable Zone 51.

Une autre base secrète dans l’Ohio

Cette fameuse base a fait couler beaucoup d’encre depuis les années 50, mais il a fallu attendre l’année 2013 pour que le gouvernement américain reconnaisse officiellement son existence. D’après les rares informations rendues publiques par les militaires, cette base située dans l’état du Nevada serait utilisée pour tester des armes militaires sophistiquées.

Toutefois, les ufologues et autres complotistes ne sont pas totalement de cet avis et beaucoup d’eux pensent ainsi que ces fameuses armes ont en réalité été développées à partir des technologies retrouvées sur cette fameuse soucoupe volante extraterrestre.

Si l’on en croit Raymond Szymanski, alors ce ne serait pas tout à fait le cas. En effet, cet ingénieur militaire à la retraite prétend avoir travaillé pendant trente-neuf ans dans une autre base secrète située dans l’Ohio, une base qui abriterait de nombreuses technologies extraterrestres : la Wright-Patterson Air Force Base située à Dayton.

D’après lui, les restes de la soucoupe volante et ses occupants n’auraient pas été transportés dans la Zone 51, mais dans cette fameuse base.

Une fois arrivé sur place, l’homme aurait été mis dans la confidence et il aurait même rejoint la Foreign Technology Division, une équipe dédiée à la recherche sur la technologie extraterrestre. Durant toutes ces années, l’homme a bien évidemment été contraint au silence, mais il a subitement décidé de prendre la parole et de révéler la vérité aux yeux du monde après avoir pris sa retraite.

Il a d’ailleurs publié un livre retraçant les années passées à travailler pour cette division, un livre ironiquement intitulé Fifty Shades of Greys.

Bien sûr, suite à la publication de ce livre, l’ancien ingénieur a fait le tour des plateaux et de nombreux confrères lui ont naturellement demandé s’il avait des preuves à présenter pour appuyer son propos. Le retraité les a cependant bottés en touche en leur répliquant qu’il lui était impossible de présenter ne serait-ce que l’ombre d’une preuve. Le gouvernement aurait en effet constitué une division secrète chargée de récupérer les preuves en possession de tous les scientifiques liés d’une manière ou d’une autre à ce mystérieux et invérifiable projet.