Royaume-Uni : 3,7 millions de foyers équipés de chauffage à l’hydrogène d’ici 2028

La cuisson et le chauffage représentent 30 % des émissions de CO2 au Royaume-Uni. Pour y remédier, une initiative fait l’objet d’une étude commandée par Northern Gas Networks et Cadent ainsi que leur partenaire norvégien Equinor.

Le rapport indique que la conversion concernera 3,7 millions de foyers et impliquera 400 000 entreprises dans le nord de l’Angleterre.

Les trois fournisseurs de gaz se félicitent d’être à la manœuvre d’un projet déployé « à grande échelle » et qui devrait influer sur la politique environnementale britannique. Le résultat de l’étude indique que le programme devrait permettre une réduction de 92 % des émissions de CO2 provenant du gaz naturel.

Le projet coûterait 22,7 milliards de livres sterling et durerait 7 ans. Le programme prévoit d’équiper, d’ici 2050, 12 millions de foyers supplémentaires au Royaume-Uni de système de chauffage à l’hydrogène.

La conversion par reformage du méthane

Ce procédé de conversion consiste à produire de l’hydrogène à partir du méthane que contient le gaz naturel. Les installations prévues à cet effet sont dotées d’un système de captage du carbone.

L’objectif est de limiter le volume de carbone dans les aquifères sous-marins au large des côtes anglaises.

Par ailleurs, le risque inflammable est plus important pour le gaz hydrogène que pour le gaz naturel. Cela dit, le rapport indique néanmoins qu’« Un réseau de gaz à 100 % hydrogène représente un risque acceptable par rapport au réseau de gaz naturel actuel. »

Royaume-Uni : l’avant-garde d’investissements écologiques

La Grande-Bretagne et la France font partie des deux pays les plus en avance en matière de transition énergétique.

Les innovations les plus prometteuses sont davantage le fait des entreprises privées que des pouvoirs publics.  Cela dit, les investissements publics servent notamment à soutenir les entreprises ou les associations engagées dans le développement d’énergie renouvelable.

Le gouvernement britannique se montre par ailleurs exemplaire en respectant ses engagements, comme celui de fermer toutes les centrales à charbon du pays d’ici 2025, un objectif qui aurait pu être atteint dès 2017. Les autorités britanniques ont en outre refusé cette année l’exploitation d’une mine de charbon à ciel ouvert.

Pour le moment, les associations écologiques ne se sont pas encore prononcées sur le sujet. Cela peut influer sur la concrétisation ou non du projet.

Mots-clés énergie