SAA ou l’étrange histoire du Triangle des Bermudes de l’espace

Terry Virts a été confronté à un phénomène étrange en 2010 en volant à bord de la navette spatiale Endeavour, le SAA. Peu connu des profanes, ce dernier est un des nombreux défis que les agences spatiales et les entreprises privées devront surmonter lors de leurs prochaines missions habitées.

Né à la fin des années 60 à Baltimore dans le Maryland, Terry Virts a commencé par suivre une formation de pilote de chasse à l’École de l’air française en 1988 avant d’intégrer une unité volant sur F-16 quelques années plus tard.

Sauver Terre

Par la suite, il a été affecté à plusieurs missions menées en Allemagne et en Corée avant d’intégrer l’école des pilotes d’essai en 1997.

Le SAA, un phénomène extrêmement dangereux

La NASA l’a sélectionné comme astronaute en 2000 et l’homme a effectué son tout premier vol spatial dix ans plus tard en tant que pilote de la navette Endeavour. C’est à l’occasion de cette première mission que le brillant astronaute a été exposé au SAA.

Le SAA, ou South Atlantic Anomaly est un phénomène connu de longue date, un phénomène se présentant sous la forme d’un puissant flash de lumière blanche, un flash accompagné d’aucun son.

Ces explosions de lumière ont touché de nombreux astronautes durant ces dernières décennies.

Le SAA a des effets très néfastes sur les ordinateurs touchés par l’éclair blanc, des effets assez proches de ceux des impulsions électromagnétiques. En outre, il expose aussi les astronautes à des niveaux de rayonnement élevés et c’est en partie ce qui lui a valu son surnom de Triangle des Bermudes de l’espace.

D’après les études menées ces dernières années, le SAA serait en partie lié à la ceinture de radiations de Van Allen. Si ce terme vous est inconnu, alors sachez qu’il fait référence à une zone toroïdale de la magnétosphère terrestre, une zone englobant l’équateur magnétique et chargé d’une importante quantité de particules énergétiques.

Lorsque ces particules rencontrent la haute atmosphère terrestre, elles peuvent produire des aurores boréales.

Une histoire de ceinture

Cette fameuse ceinture se compose en réalité de deux éléments et plus précisément d’une ceinture intérieure et d’une ceinture extérieure. Grâce à elles, notre planète est protégée des particules projetées par l’étoile de notre système. Toutefois, la Terre n’est pas totalement ronde et les pôles magnétiques ne sont pas tout à fait alignés avec ses pôles géographiques. Les ceintures sont donc elles aussi inclinées légèrement et le SAA survient précisément à l’endroit à la ceinture intérieure est à son altitude la plus basse.

Si cette faille n’est pas dangereuse pour notre planète et la vie qu’elle abrite, elle peut malheureusement avoir des conséquences fâcheuses sur les équipements électroniques des navettes, des satellites et de la station spatiale internationale.

Le problème, c’est que d’autres phénomènes similaires peuvent aussi se produire aux abords des autres mondes. La NASA a parfaitement conscience du problème, mais ces phénomènes ne doivent pas être sous-estimés pour autant. Encore moins à l’heure où l’humanité envisage d’envoyer des hommes et des femmes sur d’autres planètes.

Mots-clés espaceinsolite