Samsung Galaxy Note 10.1 : une nouvelle version, survitaminée

Si le Galaxy Note 3 et la Galaxy Watch ont monopolisé notre attention, ce ne sont pas les seuls dispositifs qui ont été présentés hier soir par le constructeur sud-coréen. Non, car Samsung en a également profité pour introduire une nouvelle version de sa tablette phare, et donc de la Galaxy Note 10.1. Une nouvelle version qui reprend globalement les mêmes lignes que le modèle précédent, avec des spécifications techniques revus à la hausse. On pensera notamment à son magnifique écran capable d’afficher la même définition que celle de la Nexus 10, ou encore à sa puce surpuissante. Et si vous voulez en savoir plus, tout est expliqué un peu plus bas dans l’article.

Samsung compte un certain nombre de tablettes tactiles à son catalogue mais sa plus belle réussite, de mon point de vue, c’est sans aucun doute la gamme des Galaxy Note. Le coup du stylet n’est pas nouveau, forcément, mais la firme a tout de même réussi à le remettre au goût du jour en développant un ensemble applicatif cohérent et qui a donné vie à un écosystème riche, et rationnel.

Samsung Galaxy Note 10.1

La nouvelle Samsung Galaxy Note 10.1.

Cette nouvelle Galaxy Note 10.1 ne révolutionne pas le concept, mais ses spécifications techniques devraient néanmoins taper dans l’oeil de pas mal de monde. Il est effectivement question d’un écran Super Clear LCD WQXGA de 10.1 pouces capable d’afficher une définition de 2560×1600, d’un processeur Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2.3 Ghz ou d’un processeur Exynos 5 cadencé à 1.9 Ghz, de 3 Go de mémoire vive et d’un espace de stockage compris entre 16 Go et 64 Go, le tout avec un port pour cartes micro SD.

Samsung aurait pu en rester là mais il a également intégré un capteur de 8 mégapixels capable de filmer en 1080p et une caméra frontale de 2 mégapixels en prime. Notez en outre que la nouvelle Galaxy Note 10.1 pourra compter sur une batterie de 8.220 mAh et sur Jelly Bean 4.3, avec la surcouche habituelle.

Reste maintenant à connaître le prix de la bête.

Crédits Photo