Samsung Galaxy Note 3 : spécialement optimisé pour les solutions de benchmarking ?

Décidément, le Galaxy Note 3 accumule les casseroles. Après cette histoire de zonage évoquée un peu plus tôt dans la semaine, c’est son architecture qui est désormais pointée du doigt, une architecture qui aurait été spécialement optimisée par les ingénieurs de Samsung afin d’atteindre le meilleur score possible sur toutes les solutions de benchmarking habituelles. Et notamment de GeekBench 3, pour ne citer que lui. C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude menée par ArsTechnica, une étude dont les conclusions sont très loin d’être positives. Et en même temps, un constructeur qui optimise son produit pour obtenir de meilleurs résultats aux benchmarks, ce n’est pas vraiment une grande première, non ?

Pas du tout, en fait. Samsung, pour ne citer que lui, avait déjà mangé de ce pain-là pour son Galaxy S4. Ceci étant, à l’époque, les choses étaient un peu différentes et vous allez vite comprendre pourquoi.

Optimisation Samsung Galaxy Note 3

Le Samsung Galaxy Note 3 “serait” spécialement optimisé pour des solutions comme GeekBench 3. Etonnant ? Pas tant que ça, en fait.

En réalité, tout a commencé avec un simple test mené par les rédacteurs du site cité un peu plus haut. Ces derniers ont effectivement eu la surprise de constater que le Galaxy Note 3 obtenait un excellent score sur GeekBench 3, un score plus élevé que celui du LG G2. Après tout, pourquoi pas, mais il y a tout de même un détail troublant qui leur a mis la puce à l’oreille : ces deux smartphones embarquent un processeur Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2.3 Ghz. Pourquoi l’un serait-il plus rapide que l’autre ? Qu’est ce qui peut différencier un Snapdragon 800 d’un autre Snapdragon 800 ? Tant de questions, et si peu de réponses. On comprend évidemment pourquoi ArsTechnica a décidé de pousser plus loin ses investigations.

En fouinant, ils se sont donc rendus compte que le processeur du Note 3 s’activait de façon anormale lors de l’exécution de GeekBench 3, un peu comme s’il activait un mode spécial boostant ses performances durant une période limitée, un mode activant simultanément chacun des coeurs composant la puce. Mais il y a plus drôle encore, puisque ce fameux mode ne s’active pas après avoir renommé GeekBench 3 en… StealthBench.

ArsTechnica n’en est évidemment pas resté là et si vous avez envie de connaître tous les détails techniques de l’aventure, le mieux c’est finalement d’aller leur rendre service. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que Samsung semble encore en proie à ses vieux démons et c’est finalement très regrettable.