Samsung Galaxy Note 7 : 70 % des modèles vendus auraient pu exploser

Samsung n’est pas dans une situation facile en ce moment. La firme coréenne a effectivement du lancer une grande campagne de rappel sur le Galaxy Note 7 suite aux problèmes d’explosion rencontrés par ce dernier, une campagne dont le coût pourrait atteindre et même dépasser la barre du milliard de dollars américains. Selon le Korea Herald, le problème aurait d’ailleurs pu toucher 70 % des modèles vendus à travers le monde, soit près de 1,75 millions de terminaux.

Le site a en effet mené une enquête afin de déterminer l’origine du problème. Après avoir contacté ses sources, il a appris que les batteries de la phablette avaient été fournies par deux prestataires différents : ATL et Samsung SDI.

Explosion Galaxy Note 7

70 % Des Galaxy Note 7 vendus auraient pu finir comme ça.

Le premier est basé en Chine, le second en Corée du Sud.

La batterie du Galaxy Note 7 vient de chez deux fournisseurs différents

Comme son nom le suggère, Samsung SDI est en réalité une succursale du groupe, une succursale spécialisée dans l’industrie des composants électroniques.

Cette dernière a commencé à travailler sur des batteries non amovibles en 2014. Samsung souhaitait en effet diminuer sa dépendance à LG Chem et à ATL afin d’augmenter ses marges et l’entreprise a donc constitué une division afin de travailler sur ces composants.

Samsung SDI n’est pas parvenu à produire un modèle viable à temps pour le Galaxy S6, ni même pour le Galaxy S7. Le Galaxy Note 7 est donc le premier smartphone de la marque à embarquer une batterie produite par ses ingénieurs et c’est elle qui poserait problème. On comprend donc pourquoi Samsung a refusé de nommer le fournisseur responsable de cette débâcle.

Ce n’est cependant pas le plus problématique.

70 % des terminaux concernés

Toujours selon ces sources, Samsung SDI aurait fourni environ 70 % des batteries intégrées aux Galaxy Note 7 mis en vente sur le marché. ATL, lui, se serait chargé des 30 % restants.

Si l’on en croit les derniers chiffres communiqués par la marque, alors l’entreprise aurait écoulé pas moins de 2,5 millions de terminaux depuis son lancement. La batterie de la succursale serait donc intégrée à 1,75 million d’appareils. Des appareils qui auraient pu exploser et prendre feu à n’importe quel moment.

Samsung a donc bien fait de réagir aussi vite.

Comment savoir si votre Galaxy Note 7 est concerné par le problème ? En réalité, c’est très simple, il suffit de prendre sa boite et de regarder les mentions apparaissant sous son code barre. Si l’appareil est produit en Chine, alors la batterie intégrée est fournie par ATL et il y a peu de chances qu’il explose.

S’il est produit en Corée, par contre, alors il y a de fortes chances qu’il soit équipé d’une batterie produite par Samsung SDI, avec tous les problèmes que cela comporte.