Samsung Galaxy Note 7 : et si le problème provenait du design du terminal ?

Samsung se trouve dans une situation très compliquée depuis l’annulation du Galaxy Note 7. Les résultats financiers de l’entreprise ne sont pas bons et ces prochains mois risquent de s’avérer assez délicats. Mais le vrai problème, finalement, c’est que la firme n’a pas encore fourni d’explications à ses clients et elle ne le fera visiblement pas avant la fin de l’année. En attendant, Instrumental a décidé de mener sa propre enquête.

Cette entreprise s’est spécialisée dans le contrôle qualité et elle a mis au point de nombreux outils afin d’aider les constructeurs à résoudre leurs problèmes de production… avant même qu’ils ne surviennent.

Causes explosion Galaxy Note 7

Le Galaxy Note 7 était pourtant promis à un bel avenir.

Fascinés par l’affaire de la phablette coréenne, les ingénieurs de la société ont récemment décidé de mener leur enquête afin de tenter de trouver une explication à ce fameux problème de surchauffe.

Instrumental a démonté un Galaxy Note 7 et sa batterie

Ils ont donc acheté un Galaxy Note 7 et ils ont procédé à un démontage en règle du terminal afin d’examiner ses entrailles.

Toutefois, et contrairement à leurs concurrents, ils ne se sont pas limités à l’appareil lui-même et ils ont ainsi ouvert sa batterie afin d’analyser sa conception. Le tout en prenant toutes les précautions d’usage et en conservant un extincteur à proximité.

En ouvrant la pièce, ils ont réalisé qu’elle se constituait de plusieurs couches très fines et notamment d’une couche positive faite d’oxyde de lithium et de cobalt, d’une couche négative en graphite et de deux couches de séparation permettant la circulation des ions. Des couches extrêmement fines. Peut-être même un peu trop, d’ailleurs.

Le rôle de ces séparateurs est primordial, car ils évitent que les couches positives et négatives entrent en contact. Ils servent donc à éviter les surchauffes… et les explosions.

Mais ce n’est pas tout. Comme toutes les batteries, la pièce a été placée dans un compartiment métallique afin d’éviter qu’elle n’entre en contact avec les autres composants du téléphone. Toutefois, le compartiment en question est extrêmement étroit et l’espace séparant la pièce de ses bordures n’excède ainsi pas les 0,1 mm en haut et les 0,3 mm sur la droite.

Une débâcle provoquée par une combinaison de trois facteurs ?

Habituellement, les constructeurs laissent un peu plus de marge afin d’éviter que la batterie ne soit comprimée. Instrumental pense donc que la marque coréenne a opté pour un processus de fabrication ultra-agressif afin de maximiser la capacité de la batterie tout en conservant des dimensions contenues.

Comme chacun le sait, le Galaxy Note 7 était doté d’un boîtier en verre. Ce matériau a de nombreux avantages, c’est certain, mais il est nettement moins rigide que l’aluminium. Il offre donc moins de résistance à la pression et aux déformations.

C’est donc la combinaison de ces trois points qui auraient entraîné les problèmes de surchauffe de la tablette, du moins d’après les conclusions de ces ingénieurs.

Cette théorie semble plutôt cohérente, mais elle est impossible à vérifier pour le moment et elle doit donc être prise avec prudence. Le bon côté de la chose, c’est que la marque coréenne ne devrait pas tarder à rendre son rapport. Nous en saurons donc plus à ce moment-là.

Démontage Note 7