Samsung poursuivi après l’explosion d’un Galaxy Note 7

Samsung ne se trouve pas dans une situation facile en ce moment et la situation n’est visiblement pas près de s’arranger. Preuve en est, un homme vivant en Floride a décidé de porter plainte contre l’entreprise sud-coréenne suite à l’explosion de son Galaxy Note 7. Il pourrait s’agir de la première plainte déposée aux États-Unis.

Fidèle à ses (nouvelles) habitudes, Samsung a présenté sa toute dernière phablette au début du mois d’août. L’appareil a été commercialisé en Corée du Sud quelques semaines plus tard avant d’arriver en Australie et aux États-Unis.

Plainte Samsung

Samsung fait l’objet d’une plainte aux États-Unis.

Là, plusieurs utilisateurs ont commencé à rapporter des cas de surchauffe et d’explosion.

Samsung fait l’objet d’une plainte aux États-Unis

Samsung a immédiatement bloqué les expéditions afin d’enquêter sur le phénomène. La marque a alors découvert que les batteries de certains modèles présentaient un défaut de fabrication important.

L’entreprise a donc annoncé le lancement d’un programme de rappel, mais l’information n’a malheureusement pas bien circulé. C’est même tout le contraire en fait et il suffit de se pencher sur les rapports de la CPSC (l’association de protection des consommateurs américains) pour s’en rendre compte.

Avant le rappel, seuls trente-cinq cas d’explosion avaient été signalés et on en compte désormais 92.

Jonathan Strobel, un homme de 28 ans originaire de la Floride, a toujours beaucoup aimé les produits de la marque et il a récemment investi dans un Galaxy Note 7 afin de remplacer son ancien téléphone. Le 9 septembre dernier, alors qu’il était en train de faire ses courses au Costco de Palm Beach Garden, il a senti comme une intense vague de chaleur au niveau de sa cuisse droite.

Son Galaxy Note 7 a explosé alors qu’il se trouvait dans sa poche

Une chaleur qui s’est transformée en vive douleur lorsque la batterie du téléphone a explosé.

L’incident lui a laissé une brûlure au second degré sur toute la cuisse droite. Il a aussi été brûlé au niveau du pouce gauche après avoir tenté de retirer le téléphone de sa poche.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais l’homme a décidé de déposer plainte contre la marque et il s’est donc rapproché d’un cabinet d’avocats afin d’obtenir conseil.

Keith Pierro a immédiatement accepté de le représenter et l’avocat a donc déposé une plainte dans la foulée dans un tribunal de l’état. Elle l’a été le lendemain de l’annonce de la campagne de rappel.

L’avocat réclame des dommages pour les frais médicaux, mais également pour la perte de salaire et pour la souffrance causée par l’accident. Pour le moment, Keith Pierro a uniquement l’intention de représenter les intérêts de son client et il n’est donc pas question d’une class action. Pas encore du moins.