Samsung : Trois dirigeants ont été condamnés pour avoir détruit des preuves dans le cadre d’une enquête pour fraude

Plus tôt dans le mois, le juge Soh Byung-seok, présidant dans un tribunal sud-coréen, a prononcé des peines allant jusqu’à deux ans d’emprisonnement à l’encontre de trois cadres de Samsung Electronics, rapporte Reuters. Ils ont été accusés et reconnus coupables de complot visant à détruire et enterrer des preuves sous l’usine de la filiale Samsung Biologics de la société alors que l’entreprise faisait l’objet d’une enquête concernant une fraude présumée dans les comptes financiers du groupe.

En effet, les procureurs de la Corée du Sud ont commencé à enquêter sur les finances de Samsung Biologics après qu’un département de contrôle financier de la Corée du Sud ait argué que la valeur de Samsung a été gonflée de 3,82 milliards de dollars, soit 4,5 billions de wons, en 2015.

Par ailleurs, le vice-président du groupe Samsung et son chef de facto, Lee Jae-yong, fait également l’objet d’autres poursuites judiciaires concernant un scandale alléguant qu’il aurait corrompu l’ancienne présidente de la République de la Corée du Sud, Park Geun-hye.

Des ordinateurs enterrés sous les planchers de l’usine de l’entreprise

Selon les procureurs en charge de l’affaire, les dirigeants ont ordonné à leurs employés chez Samsung Biologics de détruire et dissimuler les documents internes de l’entreprise alors que les autorités menaient leur enquête sur les accusations de violations de règles comptables.

Plus encore, pour dissimuler les preuves présumées, les cadres seraient allés jusqu’à faire enterrer près de deux douzaines d’ordinateurs et ordinateurs portables sous les planchers de l’usine de Samsung Biologics, situés près de la capitale, à Séoul.

L’audace des actes criminels des accusés dépassait l’imagination du public (…) La plupart des Sud-Coréens veulent que Samsung devienne la société de classe mondiale qui contribue à l’économie du pays. Cependant, si une telle croissance est basée sur des violations et des illégalités, elle ne sera pas applaudie, a déclaré le juge.

Corruption en hauts lieux ?

Des groupes civiques ont déclaré que la fraude présumée visait certainement à accroître la valeur de la société mère de Samsung Biologics, Samsung Electronics. Dans cette optique, le groupe aurait rédigé un accord en 2015 impliquant Samsung Electronics et renforçant le contrôle de Lee sur le groupe. De plus, Lee aurait soudoyé l’ancienne présidente de la République Park pour bénéficier de son aide dans la planification de l’avenir de Samsung.

Pour l’heure, ni les avocats des cadres, ni les représentants de Samsung Biologics ni Samsung Electronics n’ont fait de commentaires sur l’affaire.

Mots-clés samsung