Sciences de la Santé : vers un système écolo de fabrication de l’ibuprofène ?

La pollution environnementale prend de plus d’ampleur et les scientifiques réfléchissent quant à la mise en place d’actions écologiques efficaces pour sauver la planète. Dans cette dynamique, une équipe de chercheurs de l’Université de Bath ont développé un système pour la fabrication de l’ibuprofène et d’autres analgésiques. Celui-ci est rendu possible grâce aux déchets de l’industrie du papier, en particulier, la térébenthine qui est pratique pour produire des précurseurs chimiques.

Médicaments
Crédits Photos : 123RF

Un moyen de production innovant pour l’industrie

Un groupe de scientifiques de l’université de Bath vient de créer la surprise en dévoilant un moyen de production innovant de médicaments. Dans une étude publiée dans la revue ChemSusChem, celui-ci décrit un processus qu’il a créé pour convertir le β-pinène. Il s’agit d’un composant présent dans la térébenthine, en précurseurs pharmaceutiques. Grâce à ce dernier, les chercheurs ont notamment réussi à synthétiser le paracétamol ainsi que l’ibuprofène.

Actuellement sur le marché, les laboratoires produisant ses analgésiques exploitent des précurseurs chimiques dérivés du pétrole brut. La térébenthine, quant à elle, est un sous-produit de déchets que l’industrie papetière. Selon les estimations, elle est fabriquée à une échelle de plus de 350 000 tonnes métriques chaque année dans le monde. Sans aucun doute, cette nouvelle découverte bouleversera profondément les méthodes de fabrication actuellement utilisée dans l’industrie.

Les chercheurs de Bath indiquent également qu’ils ont utilisé ce composant chimique pour synthétiser 4-HAP, un précurseur des bêta-bloquants, le salbutamol. C’est un médicament inhalateur très efficace contre l’asthme qui est aussi utilisé dans certaines gammes de nettoyants ménagers. Il se peut toutefois que les chercheurs poursuivent leurs expériences en vue de la mise au point de nouvelles méthodes de synthèses innovantes.

Réduire les coûts de production des analgésiques

Au-delà de son caractère innovant et durable, la synthèse d’analgésiques à base de térébenthine présente un avantage particulier. Elle est en effet basée sur un processus de « bio-raffinerie » et participe de ce fait à la réduction de l’empreinte carbone mondiale. De plus, l’utilisation de ce composant pourrait entraîner l’optimisation des coûts de production. À ce titre, il faut indiquer que la térébenthine n’est pas soumise aux mêmes pressions géopolitiques que le pétrole dont le coût fluctue plus souvent.

Cependant, les chercheurs de l’université de Bath indiquent le processus de synthèse, dans sa forme actuelle, peut-être plus coûteux. Ils suggèrent donc que les consommateurs pourraient être prêts à dépenser un peu plus pour obtenir des médicaments de bonne qualité. Cela participerait d’ailleurs à la réduction de la pollution en général grâce à la baisse du taux de production de déchets organiques.

Une étude réalisée en 2019 par The Conversation montre d’ailleurs que les sociétés pharmaceutiques produisent plus de déchets que l’industrie automobile. L’institut affirme à cet effet : « Selon nos calculs, le marché pharmaceutique est 28 % plus petit, mais 13 % plus polluant que le secteur de l’automobile. » Il est donc plus qu’important pour les fabricants de médicaments de mettre en place des stratégies efficaces pour réduire les émissions de carbone pour sauver la planète.

Source : Engadget

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.