Saturne s’est de nouveau fait tirer le portrait

En attendant son remplacement par le télescope spatial James Webb, prévu pour l’année prochaine, Hubble, le télescope spatial développé par la NASA et l’ESA, continue de nous sortir de magnifiques photos, à l’instar de celle de Saturne, récemment dévoilée par la NASA.

En effet, alors qu’Hubble pointait son objectif vers Saturne et ses anneaux depuis le 4 juillet 2020, un nouveau cliché pris récemment révèle diverses petites tempêtes atmosphériques qui ont intrigué les chercheurs.

La planète Saturne, avec Mimas (droite) et Encelade (bas). Crédits NASA / ESA / A. Simon / Goddard Space Flight Center / M.H. Wong / OPAL

C’est dans le cadre de la mission OPAL (Outer Planets Atmospheres Legacy) que cette photo de la géante gazeuse a été prise, alors que Saturne se trouvait à une distance de 1,35 milliard de kilomètres de la Terre.

Une brume rouge dans l’hémisphère nord de Saturne

Pour rappel, le coloris brun jaunâtre de l’atmosphère de Saturne est dû à sa composition riche en hydrogène et en hélium (avec quelques traces d’ammoniac, de méthane, de vapeur d’eau et d’hydrocarbures), sur cette photo récemment prise. Mais fait intéressant, la présence d’une brume rougeâtre dans l’hémisphère nord de Saturne intrigue les scientifiques.

D’après le Dr Amy Simon, chercheuse pour le compte de la mission OPAL, également astronome au Goddard Space Flight Center de la NASA, on a découvert la présence de diverses petites tempêtes atmosphériques sur Saturne, grâce aux récents clichés pris par Hubble. Cette dernière de préciser que la présence de ces tempêtes semblait s’alterner à chaque observation annuelle. Les fameuses brumes de couleur rouge.

Deux hypothèses sont alors avancées pour expliquer ce changement de teinte de l’atmosphère de la gazeuse géante.

Un changement de couleur lié à la luminosité solaire

Pour expliquer le phénomène, les chercheurs de la mission OPAL avancent deux facteurs. Une première hypothèse, selon Simon, serait une hausse de la luminosité solaire, engendrant un réchauffement de l’atmosphère, dans l’hémisphère nord de Saturne.

Ce réchauffement serait donc susceptible de modifier la circulation atmosphérique ou d’y supprimer les glaces des aérosols, se traduisant par le fameux changement de teinte.

Une autre hypothèse relève de la quantité de brume photochimique, modifiée durant les mois d’été sur Saturne, toujours à cause de la croissance d’une plus forte luminosité provenant du Soleil.

Dans tous les cas, la photo est tout simplement belle, vous en conviendrez.