Web

ScreenToaster enfin en version publique…

Présenté en octobre dernier, ScreenToaster fait partie de ces services qui m’ont durablement impressionné. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore (honte à eux), il permet à n’importe qui de tourner très simplement des screencasts depuis le navigateur web. Une bonne chose, qui va vous permettre de vous affranchir des logiciels et des licences qui vont bien. Surtout qu’avec sa sortie en version publique, de nombreuses fonctionnalités ont été implémentées…


Oui, elles sont nombreuses mais il y a en a surtout une qui va faire la différence : l’intégration du son. Jusqu’à présent, ScreenToaster ne permettait que de capturer le flux vidéo de votre machine. A présent, les microphones sont supportés et vous allez donc pouvoir faire profiter tout le monde de votre jolie voix. Mais attention, ce n’est pas tout. Non, cette nouvelle version va également vous permettre d’enregistrer votre webcam, qui se trouvera alors embarquée dans votre vidéo, mais aussi de modifier la vitesse de lecture de vos créations. Au passage, on peut également citer la possibilité de faire des pauses durant l’enregistrement, de télécharger ses vidéos au format AVI (le format SWF sera bientôt supporté) ou encore le lancement de profils personnels un peu plus complets.

Ce qui est très chouette, aussi, c’est que vous pourrez en un clic balancer votre vidéo sur YouTube sans vous prendre la tête. A noter que la vitesse d’encodage de ScreenToaster est très rapide (à peine deux minutes pour cette vidéo). Cerise sur le gâteau, une API est enfin disponible et devrait vous permettre de vous amuser un peu avec le service. Par contre, je me trompe peut-être, mais il semblerait que la qualité vidéo ne soit plus ce qu’elle était, notamment en plein écran.

Ah oui et sinon le lancement officiel est prévu pour le 15 janvier, soit demain. Au passage, je tiens à remercier Sarah qui a pris la peine de me contacter pour me présenter ces nouvelles fonctionnalités.

Note : Désolé pour la qualité et le contenu de la vidéo, je ne suis vraiment pas du matin, il n’y a rien à faire…