Sean Penn songe à arrêter le cinéma en tant qu’acteur

Autant récompensé pour ses performances d’acteur que pour ses choix capillaires devant la caméra, Sean Penn songe à mettre un terme à sa carrière d’acteur, déclarant ainsi ne “plus être amoureux” du métier qui l’aura révélé il y a de cela une trentaine d’années.

On aime à penser, parfois à tort, que de récentes expériences peuvent expliquer une décision radicale. Dans le cas de Sean Penn, qui a récemment déclaré ne plus se sentir tellement à l’aise que cela dans son manteau d’acteur, on peut se demander si cette lassitude peut découler de ses dernières prestations en date au cinéma ou d’une carrière finalement déjà bien remplie.

La dernière fois où l’on a pu admirer une performance de Sean Penn dans une salle obscure, c’était en 2016 dans Angry Birds, le film où il prêtait sa voix à l’oiseau Terence. Bon, personne n’a dû lui mettre un révolver sur la tempe pour lui faire accepter ce contrat, et puis c’est un long-métrage qui aura globalement été mieux reçu que le Gunman de Pierre Morel sorti en 2015. Reste qu’il faut remonter à 2013 pour trouver trace, avec Gangster Squad, d’un succès commercial où apparaît physiquement le natif de Santa Monica.

Sean Penn ne se sent pas “viscéralement” lié au métier d’acteur

Alors peut-être que ces contre-performances au box-office ont miné, chacune à leur façon, l’envie de Sean Penn de continuer à donner de sa personne devant la caméra. Les propos qu’il a tenus il y a peu dans le CBS Sunday Morning semblent en tout cas dépeindre un métier d’acteur dont il a fait le tour : “Vous savez, je pense que c’est le cas depuis maintenant un certain temps. Ça peut être génial de travailler avec de bons acteurs, de bons metteurs en scène ou un bon scénario, comme un exercice, mais est-ce que tout ceci est amené à durer dans le temps ? C’est une question que je pourrais peut-être défendre. Mais ce n’est plus viscéral – je ne suis plus amoureux de ça.”

Les spectateurs friands de sa plastique pourront le retrouver cette année dans The Professor and the Madman, adaptation du livre de Simon Winchester dans laquelle il partagera la vedette avec Mel Gibson. En attendant, Sean Penn vient de sortir sa toute première nouvelle, Bob Honey Who Just Do Stuff aux éditions Simon & Schuster. L’occasion pour lui de se livrer à un “damage control” préventif qu’on aurait très bien pu entendre, à peu de choses près, pour The Last Face, son dernier film bien amoché par la critique lors du Festival de Cannes 2016 :

“Certaines personnes vont comprendre ce livre et d’autres pas. Vous allez avoir des gens qui, je pense, vont vraiment l’apprécier quand d’autres vont le détester. Et vous savez, ce livre, c’est vraiment ce que j’aimerais dire de moi.”

Mots-clés sean penn