SEGA cède les droits de ses salles d’arcade au Japon

C’est un choc pour tous ceux qui sillonnaient les salles d’arcade SEGA lors de leurs voyages au Japon : Sega Sammy a officialisé le transfert de la majorité de ses parts dans sa filiale de gestion de salle Sega Entertainment au géant Genda Inc.

Comme rapporté par l’article de Gameindustry.biz, la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus a grandement impacté la fréquentation de ces lieux difficilement adaptables aux normes sanitaires qui régule bon nombre de commerce aujourd’hui, amenant Sega Sammy a céder les droits de ses nombreuses salles à travers le pays après des pertes financières considérables estimées à 20 milliards de yens, soit 191 millions de dollars.

Le joystick d'une salle d'arcade

Photo de George Becker provenant de Pexels

Nul ne connaît l’approche que prendra Genda Inc. a l’heure actuelle vis-à-vis de ces salles – leur habillage pourrait tout aussi bien être revu de fond en comble pour gommer leur ancienne loyauté que tout simplement conservés tels quels, à la condition d’un accord quant à l’usage de la licence SEGA pour ces salles.

Un signe avant-coureur avait déjà annoncé des bouleversements dans le paysage de l’arcade au Japon : la fermeture de la salle d’arcade SEGA emblématique qui trônait dans la partie sud du quartier otaku-centré d’Akihabara, le Sega Akihabara Building 2 et son affichage publicitaire vertical enrobant sa façade vitrée, toujours présente pour faire la promotion du dernier gacha game à la mode. Après presque vingt-ans de bons et loyaux services depuis son ouverture en 2003, la salle a mis la clé sous la porte le 30 août dernier ; aucune raison n’avait été donnée à l’époque, mais il y a fort à parier que ces deux actualités sont liées entre elles par le pouvoir destructeur de la crise sanitaire liée au COVID-19.

Fin du business des salles… mais pas des machines

Attention à ceux qui se voient déjà en train de pleurer la disparition totale de leur éditeur favori sur le marche du coin-op : SEGA continuera à créer et manufacturer des machines d’arcade – tant bien même opérer et gérer des salles ne sera bientôt plus de son ressort par soucis financiers, la compagnie ne lâchera pas pour autant le marché des machines en elles-mêmes qui s’avère toujours juteux à l’heure actuelle.

Cette seule année 2020 a vu l’arrivée de 10 nouveaux jeux arcade différents – souvent adaptés de licences bien connues du grand public comme avec le rail-shooter Transformers: Shadow Rising ou encore Initial D The Arcade, d’autres étant en simple continuité avec les hits de l’éditeur dont la longévité n’est pas à prouver – on pense surtout aux nouveaux épisodes des franchises de jeux de rythme Maimai et Chunithm, deux succès essentiels à l’activité de SEGA.

Mots-clés arcadesega