Seine et Marne : un enseignant de français change de sexe, les internautes l’insultent

En Seine et Marne, un professeur de français a décidé de changer de sexe. S’il s’agissait d’une affaire strictement personnelle, une fuite de l’information au sein de l’établissement a très vite rendu l’affaire publique. L’information a rapidement atteint les collégiens et les parents d’élèves.

Il n’a pas fallu longtemps pour que le professeur devienne la cible d’un déluge de critiques et de menaces.

La fuite ne provenait pas d’un élève, mais plutôt d’un document que la principale du collège a adressé aux parents d’élèves, prévenant ces derniers du changement de sexe du professeur de français de leurs enfants. La principale les a ensuite enjoints par la lettre d’appeler désormais ledit professeur, madame et non plus monsieur.

Dès lors, de nombreux internautes ont posté des messages insultants le professeur sur les réseaux sociaux. Certains n’ont même pas hésité à dévoiler publiquement son nom.

L’enseignant est publiquement exposé

La présidente du conseil locale de la Fédération des conseils de parents d’élèves, Samia Akrout, s’est indignée face à ce comportement des internautes.

Elle rapporte auprès de franceinfo que la diffusion du nom de l’enseignant a gravement mis ce dernier à danger.

Dans le document que la principale a envoyé aux parents d’élèves le vendredi 18 mai 2018, la principale leur a expliqué qu’elle est intervenue dans les classes de leurs enfants pour leur expliquer que leur professeur allait entamer un processus de changement de sexe à partir de la semaine du 21 mai 2018.

La secrétaire d’État à l’égalité réagit

Tout porte à croire que ni les parents ni les internautes n’ont accueilli positivement cette démarche du professeur et de la principale étant donné que tous deux ont reçu des critiques et des menaces.

Cette affaire a suscité de nombreuses controverses et a même attiré l’attention de Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité femme-homme.

Face au déluge de posts insultants sur Twitter et, plus généralement, du comportement des internautes face au changement de sexe du professeur de français, Marlène Schiappa a annoncé avoir saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH).

Marlène Schiappa a rappelé que les personnes transsexuelles jouissaient des mêmes droits que les autres personnes, dont le droit au respect inconditionnel.