Seize couveuses connectées voient le jour au CHU de Bordeaux

Le CHU de Bordeaux a développé un dispositif inédit : Un « cordon numérique » prenant le relais du cordon ombilical pour maintenir le lien entre la famille et le bébé qui est en couveuse.

Un système original pour pallier à la séparation entre la mère et l’enfant quelques minutes seulement après la naissance.

Seize caméras filment en permanence au-dessus des couveuses du service de néonatalogie. Les images sont visibles depuis internet par toute la famille.

Combler un manque visuel et affectif

Le service de néonatalogie de Bordeaux est une maternité de référence spécialisée dans la prise en charge des grossesses à haut risque. Chaque année, elle accueille en moyenne 5300 naissances. Deux tiers des enfants sont prématurés et un tiers sont hospitalisés pour des pathologies nécessitant une prise en charge médicale intensive.

L’association Aquitaine Destination a fait appel à Hopen Project pour établir une connexion entre le nouveau-né et la famille via une application sécurisée. Un « BBWALL » tactile, littéralement mur de bébés, est affiché dans le service. Il est contrôlable par l’équipe soignante, soit pour enregistrer des instants et les rendre accessibles à la famille, soit pour activer des séances de visio.

Très intuitif, il permet d’intégrer un nouveau compte rapidement pour activer le « cordon » immédiatement.

Conserver et développer le lien

Outre l’intérêt global du concept qui est d’offrir « le début du film de la vie » du bébé, ce dispositif permet également de pallier à de multiples raisons qui éloignent les familles des nouveau-nés comme la distance géographique, des hospitalisations longues ou une impossibilité d’être présents au quotidien.

Seize couveuses sur vingt-sept sont pour l’heure équipées. Il se peut qu’à l’avenir toutes les couveuses soient connectées. Le concept pourrait également être développé dans d’autres établissements du pays. Ce serait une aubaine pour les parents concernés.

Une passerelle qui permettra d’estomper le « traumatisme » de la séparation rapide de l’enfant et des parents dès la naissance et pour réduire le risque de dépression post-partum.

Cet outil pose la question de la sécurité, mais le CHU se veut rassurant sur « l’absolue nécessité de confidentialité ». Les images sont transférées via un data center ultra sécurisé puis sont détruites dès la sortie du service du bébé.

Une belle initiative qui promet d’apaiser les parents, de réduire leur stress et d’offrir encore plus de bonheur grâce à un rapprochement inédit. De quoi offrir de beaux souvenirs quand le bébé sera plus grand !

Mots-clés médecinesanté