Selon ces spécialistes chinois, il n’y a “aucune chance” que la pandémie de COVID-19 soit maîtrisée cet été

Alors qu’on entend de plus en plus parler, dans différents pays, d’actions visant à relâcher progressivement la pression liée aux mesures préventives mises en place pour contenir la propagation de la pandémie de COVID-19, le temps n’est peut-être pas encore venu de passer à cette étape.

Selon Zhang Wenhong, chef du département des maladies infectieuses dans un des principaux hôpitaux de Shanghai, et Ai Jingwen, chef de l’équipe d’experts du COVID-19 de la même ville, il n’y aurait en effet “aucune chance” que la pandémie soit maîtrisée cet été au niveau mondial.

Crédits Pixabay

Le relâchement des mesures prises en vue de limiter la propagation et de lutter contre la maladie pourrait ainsi être finalement problématique.

Ces spécialistes pointent notamment du doigt certains pays comme l’Italie, l’Allemagne et des Etats aux USA qui ont progressivement commencé à assouplir les restrictions.

En Chine, la situation est presque maîtrisée, contrairement aux autres pays

Selon les chercheurs, la grande différence entre le cas de la Chine et celui des autres pays réside dans le fait que le nombre de nouveaux cas qui apparaissent chaque jour est près de zéro en Chine.

Et c’est le fruit de plusieurs mois de mesures de lutte, prises depuis l’apparition de la maladie. Les autorités peuvent ainsi relâcher la pression de manière progressive en vue d’un “retour à la normale”.

Contrairement à cela, au niveau des autres pays qui ont commencé à lâcher du lest afin d’en faire profiter l’économie, le nombre de cas et de nouvelles infections au COVID-19 n’est pas encore stabilisé. Ce qui fait craindre qu’avec un “retour progressif à la normale”, le risque qu’une nouvelle vague d’infections se produise prochainement dans ces pays n’est pas à écarter.

Se préparer à de nouvelles flambées ces 3 à 6 prochains mois

Si les autres pays pensent tout de même à passer à l’étape de la reprise économique progressive, Zhang et Ai estiment que la mise en place de tests à grande échelle (de manière agressive) couplée à l’observation des mesures de distanciation sociale et à l’interdiction des rassemblements, sont à privilégier.

Dans une autre mesure, si la situation venait à s’empirer, la mise en quarantaine des individus, des communautés, voire des villes est à prévoir.

Malgré tout, la situation risque bien de conduire à de nouvelles vagues d’infections, dans les 3 à 6 prochains mois préviennent les chercheurs. Et dans ce contexte, la Chine devrait déjà penser à la manière selon laquelle elle devra gérer la menace de prochaines vagues d’infections qui vont certainement venir frapper à sa porte.

Mots-clés Covid-19santé