Selon les experts de DisplayMate, la dalle du Galaxy S9 est à deux doigts du firmament

L’écran du Galaxy S9 est une tuerie. Et pour une fois, ce n’est pas Samsung qui le dit. Les spécialistes du site DisplayMate ont eu l’occasion d’analyser sous toutes les coutures la dalle Amoled proposée par la firme coréenne sur son dernier flagship. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la marque est parvenue à revoir sa copie pour nous soumettre un écran encore mieux maîtrisé que par le passé.

S’il fallait déjà se lever de bonne heure pour proposer une dalle OLED de meilleure qualité que celles proposées par les Galaxy S8 et Note 8 en leurs temps, Samsung Display aurait réussi à pousser la performance encore un peu plus loin avec le S9, notamment en termes de colorimétrie et de luminosité.

Analysée sous toutes les coutures, la dalle OLED 18,5:9 du Samsung Galaxy S9 serait presque parfaite d’un point de vue colorimétrie selon le site DisplayMate, qui ne tarit pas d’éloges à son égard.

C’est en tout cas ce qu’avance DisplayMate, qui déclare sans faiblir que cette année, la dalle délivrée par Samsung est « impossible à différencier de la perfection« . La maîtrise colorimétrique de Samsung Display et ses choix judicieux en matière de définition sont notamment mis en exergue par le site dans son analyse toute scientifique des différentes caractéristiques techniques de l’écran. On vous recommande d’aller y jeter un œil, mais attention, c’est (très) technique…

La valse des superlatifs pour un écran d’exception

« Le Galaxy S9 profite d’un écran impressionnant à même d’établir de nombreux nouveaux records en termes de performances d’affichage » souligne Raymond Soneira (le président de DisplayMate) au terme de la batterie de tests qu’il a fait subir à l’écran du dernier né de Samsung.

Parmi les progrès notables de la dalle vis-à-vis de celles de ses concurrents directs – les regards se braquent essentiellement vers l’affichage OLED de l’iPhone X – le site pointe une luminosité en net progrès (en mode auto, cette dernière se positionne ainsi entre 690 et 1,130 cd/m2 – contre 634 et 804 cd/m2 chez l’iPhone X), mais aussi un taux de contraste infini, un degré de réflexion de l’écran en verre calé à 0,4 (contre 0,5 pour l’iPhone X et le Galaxy S8), ou encore une colorimétrie proche de la perfection.

À ce propos DisplayMate parle d’une « précision colorimétrique absolue » pour un affichage qui se positionne à 0,7 JNCD. Comme l’indique l’expert, à un tel degré de précision colorimétrique il est impossible à l’œil humain de distinguer une différence vis-à-vis du seuil 0, considéré comme parfait.

Inutile de dire que Samsung Display a bossé sévère pour en arriver là. Une question se pose toutefois… Après une telle maestria technique, comment les ingénieurs de la firme parviendront-ils à battre de nouveaux records pour l’avenir ?