Selon les scientifiques, des épisodes de sécheresse extrêmes auraient conduit la civilisation assyrienne à sa perte

Une étude menée par des chercheurs de la Californie State University a démontré qu’une longue période de sécheresse pourrait avoir significativement contribué à l’effondrement de l’antique civilisation assyrienne.

Les résultats de cette recherche menée par Ashish Sinha, Dominguez Hills et Adam Shneider démontrent en effet que les pratiques agricoles, l’organisation, la vie politique, et les besoins de la population assyrienne ont été bouleversés par les périodes de sécheresse qui se sont succédé. Ce qui aurait conduit à la ruine de l’empire.

Crédits Pixabay

L’étude a été faite à partir de l’analyse de gouttes d’eau fossilisées, de l’« eau de goutte dans la grotte de Kunaba au nord de l’Irak ». Cette région ayant été en plein dans le territoire où florissait la civilisation assyrienne durant l’Antiquité.

Les périodes de sécheresse étaient survenues beaucoup plus tôt que prévu

Selon Shneider, cette étude offre des explications plus concrètes que celles effectuées avant. L’eau de goutte, objet de l’étude, a déjà subi le processus de minéralisation dans des roches sédimentaires (stalagmite) au nord de l’Irak (ancienne Mésopotamie).

En fait, les précipitations peuvent être étudiées à l’aide des compositions en isotope d’oxygène et de carbone contenus dans les diverses couches de la grotte. De plus, grâce à l’analyse des isotopes jusqu’en 2007, une comparaison entre les données isotopiques modernes et anciennes a pu être effectuée par les chercheurs.

Toujours selon Shneider, les épisodes de sécheresses qui ont frappé l’empire assyrien « ont commencé des décennies plus tôt que prévu et la période qui a précédé l’apparition de la sécheresse a été l’une des plus humides de toute la séquence des 3 800 années environ ».

Des conditions météorologiques qui peuvent gravement affecter l’organisation politique d’un empire

L’empire assyrien a été l’un des plus grands empires de l’antiquité. Néanmoins, Shneider a souligné que : « la vie de cette civilisation a été parsemée d’ instabilité politique , de guerres civiles et d’invasion par des armées extérieures ».

Et toujours selon ces chercheurs, les aléas du climat étaient à l’origine de ces troubles qui ont secoué le centre du puissant empire qui s’étendait du Golfe persique jusqu’en Chypre en son temps.

Au final, le véritable souci est que les ressources de l’empire dépendaient fortement des précipitations. De plus, la position du Tigre, un fleuve principal de Mésopotamie, ne permettait pas d’y faire une « irrigation à grande échelle » a souligné Shneider. Ce qui a probablement finalement conduit cette civilisation à sa perte.

Mots-clés archéologieclimat