Selon MUSO, le succès du piratage en ligne ne cesse de s’accroître

Malgré les récurrentes tentatives pour réprimer le piratage en ligne et s’assurer que les gens paient pour les fichiers en ligne, le combat est très loin d’être gagné. Mauvaises nouvelles pour les détenteurs de droits, car de récentes recherches suggèrent que le piratage en ligne est plus populaire que jamais.

Cette conclusion vient de l’organisation de suivi du piratage MUSO qui a analysé les données des visiteurs de dizaines de milliers des sites pirates les plus populaires. Un rapport sur l’état du paysage de la piraterie en 2017 a révélé qu’il y a eu plus de 300 milliards de visites sur les sites web pirates.

Le piratage en ligne a donc connu une hausse de 1,6% par rapport à 2016.

L’état du piratage en ligne dans le monde

Le plus pays où il y a eu le plus de piratage est les États unis avec un total de 27,9 milliards de visites. Il est suivi de près par la Russie, l’Inde et le Brésil avec respectivement 20,6 milliards, 17 milliards et 12,7 milliards de visites. Le Royaume-Uni a vu son pourcentage de piratage en baisse avec tout de même un chiffre de 9 milliards.

La France est pour sa part le leader en Europe.

Le site TorrentFreak a noté que bien qu’elle soit souvent dépeinte comme une grande nation de pirates, la Chine n’est arrivée qu’au 18e rang du classement avec 4,6 milliards de visites. MUSO a également constaté que les séries télévisées étaient les contenus les plus populaires chez les pirates  avec 106,9 milliards de visites, suivie par la musique et le cinéma.

La structure du piratage en ligne

MUSO a noté que le piratage télévisuel sur mobile était plus élevé que sur les ordinateurs de bureau. Cela arrive pour la toute première fois et l’organisation s’attend à ce que le piratage de films prenne de l’essor sur les mobiles cette année.

Le piratage musical est plus prononcé sur le mobile, représentant 87% de toutes les visites.

Il s’avère que le rapport de MUSO corrobore des recherches antérieures, à savoir celles qui affirment que l’accès à des services de streaming légaux comme Netflix et Spotify ne fait pas grand-chose pour empêcher les gens de pirater du contenu. Bien qu’il n’y ait pas de données pour montrer les tendances sur des périodes suffisamment longues, il est évident que le piratage ne disparaîtra pas de sitôt.