Selon Shigeru Miyamoto, il est devenu “très difficile” de développer des jeux d’aventure

À l’occasion d’une nouvelle réunion entre Nintendo et ses actionnaires, l’historique tête pensante de la firme Shigeru Miyamoto a répondu à la question de savoir s’il était encore viable de développer des jeux d’aventure dans le contexte actuel. Et ses propos ne tendent pas à l’optimisme.

Les milieux des années 1990 et le début des années 2000 ont été l’avènement des RPG japonais. Sur une période plus ou moins similaire, les beat them up étaient également très prisés. Aujourd’hui, même si des exceptions confirment la règle, ces genres n’ont plus le même rayonnement.

Crédits Pixabay

Qu’en est-il des jeux d’aventure ? À l’occasion de la 79e assemblée générale annuelle des actionnaires de Nintendo qui s’est tenue fin juin, l’un de ces investisseurs a posé la question au géant nippon. Un actionnaire nourrissant des souvenirs émus de ses parties sur Famicom Detective Club, un soft initialement paru sur la 8 bits de Nintendo et exclusivement au Japon.

Jeux d’aventure : une localisation étrangère coûteuse et un jeune public peu intéressé

Shigeru Miyamoto, aujourd’hui en retrait au sein de Nintendo où il conserve un statut de créatif, a commencé par mettre en avant un souci qui n’était définitivement pas jugé aussi important il y a de cela une trentaine d’années :

“En ce qui concerne les jeux d’aventure, j’ai également aidé à en développer beaucoup, à commencer par Shin Onigashima, mais il est très difficile d’en créer un dans l’environnement actuel. De nos jours, les jeux sont localisés dans plus de dix langues et les coûts de localisation des jeux d’aventure sont énormes en termes de voix et de textes.”

Mais ce n’est pas tout, a-t-il ajouté dans des propos rapportés traduits par Siliconera : “En outre, les jeunes joueurs ont tendance à se désintéresser de ce genre. Néanmoins, concevoir des mécanismes de jeu d’aventure est amusant, et les séries Ace Attorney de Capcom et Professor Layton de Level-5 en font bon usage. Par conséquent, même si nous pouvons encore avoir de l’espoir pour le genre, veuillez comprendre qu’il est difficile d’en créer un dans le contexte actuel.”

Il reste rassurant de constater, surtout pour les personnes pas intéressées ou n’ayant le temps d’apprendre le japonais, que Nintendo n’envisage désormais plus de nouveaux projets d’ampleur sans prendre en compte le monde entier.