Selon une étude, se brosser régulièrement les dents réduirait de 12 % le risque d’insuffisance cardiaque

Le lundi 2 décembre dernier, une étude sur les relations entre l’hygiène buccale et les maladies cardiovasculaires a été publiée dans la revue European Journal of Preventive Cardiology.

D’après le rapport, se laver les dents plus de deux fois par jour pourrait contribuer à réduire d’environ 12 % les risques d’insuffisance cardiaque et de fibrillation auriculaire.

Crédits Pixabay

L’étude a été menée par des chercheurs sud-coréens de l’Ewha Womans University de Séoul. Les scientifiques ont effectué les recherches sur un groupe de 161 286 participants, âgés de 40 à 79 ans, et faisant partie du Korean National Health Insurance System.

Selon le rapport, les participants n’ont jamais eu affaire à des problèmes cardiaques ou à une fibrillation auriculaire avant de prendre part à l’étude.

Une étude sur plusieurs années

Entre les années 2003 et 2004, les chercheurs ont recueilli les informations concernant les participants grâce à un examen médical de routine. Il s’agit entre autre des données sur leur taille, leur poids, leur mode de vie, leur santé et hygiène buccale, leurs maladies  ainsi que les tests en laboratoire qu’ils ont déjà effectués.

Les résultats d’un suivi de 10 ans et demi ont ensuite révélé que 3 % des sujets ont développé une fibrillation auriculaire. D’autre part, 5 % des participants ont développé une insuffisance cardiaque.

Les données obtenues au cours du suivi ont montré que l’hygiène dentaire des sujets avait une relation avec leur santé cardiaque. Le brossage des dents trois fois par jour ou plus était ainsi associé à une diminution de 10 % du risque de fibrillation auriculaire et une baisse de 12 % de celui de l’insuffisance cardiaque.

Quelle relation entre l’hygiène buccale et la santé cardiaque ?

D’après les chercheurs, le brossage fréquent des dents contribue à éliminer les bactéries qui se trouvent dans la bouche, entre les dents et les gencives. Avec une mauvaise hygiène buccale, ces bactéries peuvent pénétrer dans le sang et ainsi provoquer une inflammation dans l’organisme.

Selon les explications, cette inflammation peut entraver le bon fonctionnement du cœur, notamment en l’empêchant de pomper correctement le sang. Le cœur devient incapable de se remplir et de se détendre normalement comme chez un individu sain.

Lors de l’analyse des données, les chercheurs n’ont pas pris en compte les facteurs tels que l’âge, le sexe, la pratique d’exercices physiques, la consommation d’alcool ou encore l’indice de masse corporelle. L’auteur principal de l’étude, le docteur Tae-Jin Song a toutefois déclaré que le fait d’avoir effectué les recherches sur un nombre assez élevé de personnes et pendant une longue période renforce leurs conclusions.

Mots-clés santé