Sergio Canavero et Ren Xiaoping ont franchi une nouvelle étape pour leur projet de greffe de tête

Selon Ren Xiaoping et Sergio Canavero, deux chirurgiens originaires de Chine et d’Italie, respectivement, les deux études qu’ils viennent de publier apporteraient des preuves supplémentaires de leur capacité à traiter des lésions « irréversibles » de la moelle épinière, leur permettant ainsi de réaliser la première greffe de tête humaine au monde.

Les deux études ont été étayées par des preuves vidéo et publiées dans Surgical Neurology International, une revue médicale basée aux États-Unis. Selon Ren et Canavero, leur nouveau travail montre comment des singes et des chiens ont pu remarcher après que leur moelle épinière ait été “entièrement sectionnée” pendant l’opération puis reconstituée.

Crédits Pixabay

Une nouvelle révolution dans le monde médicale ?

Les opérations chirurgicales, purement expérimentales, ont été réalisées à l’Université médicale de Harbin en Chine. Les deux neurochirurgiens décrivent ces résultats comme médicalement « sans précédent ».

Selon Canavero, pendant trop longtemps les chirurgiens neurologues ont été “convaincus qu’une fracture de la moelle épinière ne pouvait en aucune façon être réparée, un mantra répété sans discernement encore et encore”. Des propos très audacieux, mais pas étonnant quand on sait qui est Canavero. Basé à Turin, en Italie, le chirurgien est en effet réputé dans le monde médical comme un sensationnaliste. Mais si le procédé marche pour les animaux, peut-il vraiment fonctionner sur l’homme ?

La prochaine étape : les essais sur des patients humains

Ren a déclaré que les résultats de leurs études prouvaient que des essais pouvaient être initiés sur des êtres humains. Il a par ailleurs affirmé que même si cette “grande réussite” avait eu lieu en Chine, il était disposé à le faire “n’importe où dans le monde”.

Selon Canavero, une opération de greffe de tête sur un patient humain impliquerait plusieurs dizaines de chirurgiens et de spécialistes, et coûterait jusqu’à 100 millions de dollars US. Il a ajouté que le donneur serait le corps en bonne santé d’un patient en état de mort cérébrale compatible avec une tête (sans maladie) d’un receveur.

Le chercheur a expliqué qu’il faudrait utiliser une lame de diamant pour couper simultanément la moelle épinière du donneur et du receveur. Et afin d’éviter une mort immédiate du cerveau du receveur avant qu’il ne soit attaché au corps, sa tête serait refroidi jusqu’à un état d’hypothermie profonde.

Mots-clés médecinesanté