Firefly, une bonne petite série SF…

C’est un grand malheur, mais les séries de science-fiction ne sont pas très nombreuses, même si certaines valent vraiment le détour. Comme vous devez déjà vous en doutez, Firefly fait partie de celles-là. Même qu’elle n’a strictement rien à envier à ses concurrentes et que c’est un peu pour cette raison qu’on en parle…



Côté histoire, tout commence par une terrible bataille opposant les forces de l’Alliance aux indépendants. Ces derniers se font laminer et ce n’est pas de chance pour le capitaine Malcolm Reynolds, qui n’a plus qu’à se tirer avec deux-trois copains pour monter un équipage de brigands dont le seul et unique objectif est d’amasser sans cesse plus de richesses.

Sauf que voilà, l’Alliance est en réalité une très vilaine dictature et il devient très vite difficile de pouvoir voler et escroquer en toute impunité. S’ajoute à cela une malchance chronique qui envoie très vite le capitaine et son équipage sombrer dans un guêpier sans nom. Ils devront donc fuir dans la galaxie, continuer à essayer de gagner de quoi vivre, et le tout en échappant aux troupes qui sont à leurs trousses ainsi qu’aux Ravageurs, des espèces de zombies un peu bizarres qui voguent à travers l’espace à la recherche de nourriture… et donc d’humains.

Bref, vous l’aurez compris, Firefly mélange un peu tous les genre. De la SF pure et dure, mais aussi du Space Opera et du Western puisque la plupart des planètes qui ont échappé à la guerre sont devenus de grands no man’s land où la survie dépend de son coup de flingue. Et le pire, sans doute, c’est que la formule fonctionne : on est très vite plongé dans l’intrigue, dans cet univers baroque qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler certaines œuvres de Moorcock.

Côté réalisation, l’ensemble est très convaincant. Certains paysages sont vraiment superbes et n’ont strictement rien à envier à certains films bien connus dont je tairais ici le nom. La plupart des acteurs tiennent bien leur rôle, même si certains le font avec plus de facilité que d’autres. Quoi qu’il en soit, dans l’ensemble, Firefly est une très bonne série, arrêtée en 2002, mais qui a quand même débouché sur un film que vous connaissez peut-être : Serenity.