Serions-nous tous des extra-terrestres ?

Le CNRS pense avoir trouvé la pièce manquante pour expliquer l’origine de la vie sur Terre. D’après le centre de recherche, notre ADN comporterait effectivement un sucre en provenance… des glaces cométaires. En d’autres termes, la vie ne serait pas née sur notre planète et nous serions donc tous des extra-terrestres.

Tous les organismes vivant sur la Terre se ressemblent. Ils héritent effectivement d’un patrimoine génétique basé sur des acides nucléiques et plus précisément sur de l’ADN ou de l’ARN.

La vie sur Terre

La vie ne serait pas née sur Terre finalement.

Ces deux molécules présentent de nombreuses similitudes mais elles ne sont pas identiques pour autant et elles héritent d’ailleurs d’une structure différente.

L’ARN a été une des premières molécules à apparaître sur Terre

L’ARN aurait été une des premières molécules à apparaître sur la planète et cela fait de nombreuses années que la communauté scientifique s’interroge sur son origine. Il existe différentes théories, bien sûr, et certains chercheurs pensent qu’elle aurait été apportée par des comètes ou des astéroïdes.

Cette hypothèse ne tombe pas du ciel d’ailleurs (c’est le cas de le dire) car des scientifiques ont trouvé des acides aminés et des bases azotées dans les météorites échouées sur notre belle planète.

Mais voilà, cette théorie présentait une faille. Parmi les constituants-clés de l’ARN, on trouve du ribose, un sucre à l’origine du matériel génétique des organismes vivants. Un sucre qui n’a été détecté ni dans les astéroïdes, ni dans les comètes, ni dans aucun autre objet extra-terrestre.

Bien décidés à faire toute la lumière sur ce mystère, des chercheurs ont commencé par produire en laboratoire une comète artificielle.

Comment ? En plaçant dans une chambre à vide un mélange d’eau, de méthanol et d’ammoniac, et en aspergeant le tout de grains de poussières enrobés de glace. Après avoir irradié le tout avec des ultra-violets, ils ont porté l’échantillon à température ambiante pour simuler un passage à proximité d’une étoile.

La vie ne serait pas née sur Terre

La comète a ensuite été envoyée à l’Institut de Chimie de Nice, où elle a été étudiée par le Dr Cornelia Meinert. Cette dernière a utilisé diverses techniques pour analyser sa composition (chromatographie et spectrométrie) et elle a eu la surprise de tomber sur… plusieurs sucres.

Le ribose faisait évidemment partie du lot et il aurait été formé à partir de formaldéhyde, une molécule présente dans l’espace mais aussi sur les comètes.

Alors bien sûr, rien ne dit que les comètes réelles sont aussi faites de ribose, mais il faut avouer que cette expérience change pas mal de choses. En réalité, les résultats obtenus par le Dr Meinert vont dans le sens de cette fameuse théorie et il se pourrait bien, finalement, que la vie ne soit pas née sur Terre mais dans l’espace.

Mots-clés génétiqueinsolite