SFR et Bouygues ont été victimes d’une cyberattaque coupant le réseau Internet

Les abonnés SFR et Bouygues Telecom, comme votre rédacteur, auront été impactés par un énorme ralentissement d’Internet pendant la journée du 1er septembre. Un ralentissement qui passait également par des coupures inopinées avant que les choses ne reviennent à la normale au bout de plusieurs heures. Et cette panne importante du réseau Internet chez SFR et Bouygues est le résultat d’une cyberattaque, comme l’annonce le second chez 01Net. Une attaque ciblée qui a touché les Domain Name System (DNS) des FAI, mais également ceux d’autres fournisseurs d’accès internet, plus mineurs, comme Knet et FDN.

Les pannes auront été signalées massivement sur les réseaux sociaux, comme Twitter, où les messages d’incompréhension se sont multipliés pendant cette longue panne du réseau Internet.

Un homme se tenant la tête dans les mains

Crédits Pixabay

La Belgique a également été visée par une attaque du genre, très récemment.

Des cyberattaques qui se multiplient contre les FAI ?

Très récemment, le fournisseur d’accès belge edpnet a été victime d’une cyberattaque pendant cinq jours. Une attaque qui a impacté les DNS, à savoir une sorte de répertoire faisant le pont entre les adresses IP et les adresses des sites. Comme l’explique 01Net, ce sont des attaques de type DDoS qui ont été menées contre SFR, Bouygues et d’autres FAI français, à savoir une attaque par déni de service qui sature un service par des milliers de requêtes. Une pratique courante lors des cyberattaques.

Ces attaques ont donc été confirmées par SFR, mais également Bouygues Telecom auprès de 01Net. Le porte-parole du second FAI a expliqué “comme les autres acteurs de l’Internet, nous subissons régulièrement des attaques extérieures. Celle d’hier a été plus importante que d’habitude. Dès 22h00, les équipes étaient mobilisées et le service était à nominal à minuit”.

Pour les plus débrouillards, il aura été possible de contourner le problème en se connectant à un autre serveur DNS, comme ceux de Cloudflare ou Google.

SFR et Bouygues expliquent également que les attaques du genre ont beau être régulières, celle d’hier était particulièrement intense pour les deux FAI.

Pour le moment, l’identité des auteurs ou les raisons de ces attaques ne sont pas connues.