Shigeru Miyamoto assure que Nintendo suit les avancées technologiques

Avec une dernière-née a priori légèrement plus puissante qu’une Wii U, il serait facile de considérer Nintendo tel le retardataire des temps modernes. Shigeru Miyamoto réfute toutefois cette idée, expliquant que la firme observe attentivement les avancées technologiques sans forcément y succomber.

La Wii avait déjà prouvé qu’avec une machine sensiblement moins évoluée que la concurrence en terme technologique, la victoire n’était pas forcément hors de portée. L’histoire semble aujourd’hui se répéter avec la Switch, aux performances quasi-équivalents à celles d’une Wii U alors que la PS4 et la Xbox One tendent à un photo-réalisme toujours plus convaincant.

Nintendo Labo Switch

Crédits Nintendo

On pourrait donc se dire que Nintendo s’est volontairement exclu de la course à la puissance pour ne finalement délivrer aux joueurs que des expériences de relative envergure. Pour le géniteur de Mario, la vérité est au minimum un peu plus complexe que cela.

VR, “cloud gaming” : pour Miyamoto, Nintendo a pris la mesure “dès le début”

Lors d’une récente session de questions-réponses entre Nintendo et ses actionnaires, l’un de ces derniers s’est interrogé tout haut sur l’impression donnée par Nintendo d’avoir été “quelque peu lent à adopter les larges tendances mondiales”, telles que le jeu sur mobile et sur le nuage ainsi que la réalité virtuelle.

Ce à quoi le président de Nintendo Shuntaro Furukawa a répondu que l’attention va être maintenue sur l’évolution du “cloud gaming”. De son côté, rapporte VGC, un certain Shigeru Miyamoto a clairement réfuté l’idée selon laquelle l’entreprise serait asphyxiée par la fumée de la locomotive du progrès à force de tarder à embarquer dans les wagons.

“Nous n’avons pas pris de retard avec les services de réalité virtuelle ou de réseau. Nous avons travaillé sur eux dès le début et les avons expérimentés de différentes manières.”

Et le créateur de poursuivre : “Pendant cette période, nous avons évalué de manière objective si [ces technologies] permettaient réellement à nos consommateurs de vivre une agréable expérience de jeu et si nous pouvions les faire fonctionner à un coût approprié. Étant donné que nous ne publions pas cette information avant la publication d’un produit, il se peut que nous donnions l’impression de prendre du retard.”

On se rappellera d’ailleurs que Nintendo avait déjà expérimenté la réalité virtuelle en 1995 avec le Virtual Boy.