Si vous ne savez pas quoi faire pendant votre confinement, pourquoi ne pas compter les pingouins ?

Beaucoup se plaignent actuellement de s’ennuyer et de ne plus savoir quoi faire durant cette période de confinement due au virus Covid-19. Pour ceux qui voudraient employer leur temps tout en faisant progresser la science, participer à des projets de sciences citoyennes pourrait être la solution.

Pour les amoureux des animaux, il y a actuellement deux projets en cours concernant les pingouins. L’un de ces deux projets s’appelle Penguin Watch et propose au public d’identifier des pingouins sur des photographies prises automatiquement près de leurs colonies ou encore sur des images prises par satellite. Pour ce faire, il faut examiner une image à la recherche de bandes d’excréments ou guano.

Crédits Pixabay

Selon Heather Lynch qui est écologiste statisticienne au Stony Brook University de New York, avec les données recueillies, on peut évaluer quelle superficie est recouverte de guano, ce qui donne une estimation du nombre d’individus présents dans la colonie dans cette zone particulière. Elle a ajouté que jusqu’à maintenant, on en sait encore très peu sur le nombre exact des pingouins se trouvant en Antarctique.

Le procédé utilisé

Les scientifiques derrière le projet Penguin Watch  utilisent les données collectées par plusieurs types de systèmes orbitaux. Il y a par exemple le programme Landsat de la NASA qui peut offrir une perspective des activités des pingouins durant ces 40 dernières années. Google Earth fait aussi partie des plateformes les plus accessibles au public pour ce qui est des images satellites.

Selon les chercheurs, l’objectif principal de leur initiative est de fournir des données plus compréhensives sur les populations de pingouins aux législateurs qui s’occupent du cas de l’Antarctique. Il faut cependant connaître les lieux où se trouvent les différentes colonies et c’est là qu’interviennent les participants au projet.

Une activité compliquée

Selon Lynch, ce n’est pas un travail facile de localiser les pingouins en Antarctique qui est quand même une zone très large. D’ailleurs, il faut effectuer les recherches de façon manuelle, image par image. Elle a ajouté que les pingouins compliquent également les recherches quand ils migrent en plein milieu des travaux de localisation. Il peut ainsi arriver qu’il y ait de nouvelles colonies qui se forment au cours du temps.

D’après les scientifiques, il est essentiel d’avoir une carte exacte montrant l’emplacement des colonies de pingouins en Antarctique. Cela permet de mettre en place des politiques qui puissent réellement les protéger. Par exemple, des politiques sur comment tracer les limites des zones marines protégées sur le continent glacé.

Ceux qui veulent apporter leur part dans la protection des pingouins de l’Antarctique peuvent ainsi s’inscrire et commencer à analyser des images satellite. Sinon, d’autres projets de sciences citoyennes existent également comme celui qui consiste à analyser et à classifier des galaxies.