Sibérie : la multiplication des cratères inquiète les chercheurs

La Sibérie souffre beaucoup du réchauffement climatique depuis quelques années. Suite à la fonte du pergélisol, des bulles de méthane finissent par exploser et par provoquer l’apparition de cratère. Le phénomène se serait considérablement amplifié ces derniers mois.

Le pergélisol fait référence à une partie d’un cryosol et il est essentiellement présent dans les hautes latitudes et dans les hautes altitudes.

Cratère Sibérie

Il recouvre environ un cinquième du globe terrestre et il est ainsi très présent au Groenland, en Alaska, au Canada ou même en Russie.

La Sibérie en danger à cause du réchauffement climatique

Le pergélisol occupe une place importante dans le cœur des géologues en raison de ses nombreux liens avec le réchauffement climatique.

Les chercheurs l’étudient en effet en permanence afin de mieux évaluer l’impact réel des changements de température sur l’environnement et sur les zones les plus reculées de notre planète. Il fait même partie des indicateurs utilisés pour déterminer l’évolution du réchauffement climatique.

La Sibérie fait partie des régions où le pergélisol est très présent.

Depuis quelques années, les chercheurs assistent à un étrange phénomène dans la région et ils sont ainsi vu apparaître d’innombrables cratères à travers tout le territoire sibérien.

Plusieurs études ont eu lieu sur place et elles ont aidé la communauté scientifique à mieux comprendre la nature du phénomène.

En effectuant des relevés sur place, les géologues ont en effet réalisé que de nombreuses matières organiques étaient prisonnières de la glace composant le pergélisol sibérien. Les hausses de température de ces dernières années ont provoqué la fonte partielle de ces plaques de glace, libérant du même coup les matières emprisonnées.

Des bulles de méthane libérées par la fonte des glaces

Or justement, de nombreuses bulles de méthane se cachent parmi ces composés et la fonte du pergélisol a entraîné leur explosion… et l’apparition de ces fameux cratères. Seul problème, le phénomène se serait considérablement amplifié durant cette dernière décennie et les chercheurs sont inquiets des répercussions du phénomène.

Le méthane représente en effet un risque direct pour les organismes vivants et il est ainsi bien plus dangereux que le CO2. Pour ne rien arranger, la communauté scientifique pense que les sous-sols de la Sibérie dissimulent encore plusieurs milliers de bulles de ce type, des bulles pouvant exploser à tout moment et causer ainsi des dégâts sur nos infrastructures.

Il faut en effet noter que ces cratères peuvent être très profonds et certains d’entre eux atteignent ainsi entre vingt et trente mètres de profondeur.

Crédits : Alexandr Sokolov