Sibérie : un minéral plus dur que du diamant découvert dans une météorite

Il parait que le diamant n’est plus le minéral le plus dur disponible sur Terre. La découverte d’un nouveau minéral dans une météorite aurait bouleversé l’ordre des choses. Cette trouvaille a été faite par des chasseurs d’or sur un site sibérien où une météorite s’est écrasée. Depuis la découverte de cette substance, des tests avancés sur ce nouveau minéral ont été réalisés.

Les scientifiques russes ont affirmé que ce nouveau type de minerai serait plus résistant que le diamant.

Ils l’ont nommé « uakitite. » Cette appellation a comme signification « formé dans l’espace. » Selon le directeur de l’institut d’astronomie de l’Académie des sciences de Russie, Boris Shustov, sa formation fait partie d’un phénomène assez courant.

L’inverse est tout autant valable. On ne peut pas cependant trouver des substances terrestres dans les minerais de ce genre.

Plus d’infos sur le minéral

Ce sont les scientifiques de l’université d’État de Novossibirsk, de l’université fédérale de l’Oural et de l’Institut de géologie de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie qui ont dévoilé cette trouvaille.

Ils affirment que les conditions de formation de la météorite auraient été à l’origine de la formation des minerais, dont l’uakitite. Le minéral ne serait autre qu’un élément des associations troilite-daubreelite composant la météorite.

Il a été affirmé que la taille des grains d’uakitite ne dépasse pas les 5 micromètres. Avec les autres éléments qui constituent la météorite, ils forment des cristaux isométriques en cube en daubreélite ou des grains en petit rond en schreibersite. La structure de l’uakitite est ainsi similaire à l’osbornite TiN et à la carlsbergite CrN.

Le minéral attire l’attention

Comme on n’a pu trouver que des petites quantités de l’uakitite, il est difficile de faire une évaluation de ses propriétés physiques.

Les scientifiques estiment tout de même que le minéral serait pourvu d’une phase jaune et transparente avec un éclat métallique.

Pour mieux étudier la substance, l’université fédérale de l’Oural a créé un laboratoire dédié. Aucune information officielle n’a encore été faite à part celles qui ont déjà été communiquées après la découverte de l’uakitite.

Cette situation montre que les russes se montrent de plus en plus persévérants dans les recherches scientifiques relatives aux prélèvements météorologiques.