Signal : Explosion des téléchargements de l’application après la fusion de Facebook et WhatsApp

Si Facebook est le réseau social numéro un dans le monde, malgré son statut de dinosaure, l’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg inquiète. Déjà pointée du doigt pour ses ingérences politiques après le scandale Cambridge Analytica, la société n’est pas forcément très transparente quant à sa gestion des données privées. Alors la fusion de Facebook avec WhatsApp, messagerie chiffrée acquise en 2014, ne plait pas à tout le monde. Si les utilisateurs européens sont épargnés, protégés par le Règlement général sur la protection des données, ce changement majeur dans le fonctionnement de l’application en pousse beaucoup vers la sortie.

Des utilisateurs qui cherchent des alternatives respectueuses au maximum de leur vie privée.

Crédit : Signal

Signal s’est rapidement imposé comme le choix idéal, et comme le révèle MacRumors, ses téléchargements ont explosé.

La décision de Facebook propulse Signal en tête des messageries

WhatsApp, après des années en tête des applications de messagerie sur l’App Store et le Play Store, est désormais second. C’est Signal qui a pris sa place, avec une explosion des téléchargements. Les utilisateurs semblent s’être rapidement détournés de WhatsApp suite à sa fusion avec Facebook, mettant en danger la protection des données promise par la messagerie. Ceux qui refusent cette nouvelle règle, en dehors des Européens, ne pourront plus y accéder.

Le succès est tel pour Signal que jeudi dernier, les codes de vérification pour les nouveaux inscrits ont mis du temps à arriver sur les smartphones. Un embouteillage dans les connexions qui prouve que la messagerie tire profit de l’actuelle situation. Sans oublier qu’après s’être excusé sur Twitter pour la panne, Signal a répondu « votre vie privée doit être importante » auprès d’un utilisateur lui ayant demandé si son succès était en lien avec la fusion de Facebook et WhatsApp.

A n’en pas douter, Facebook s’attendait à cette réaction, bien conscient de sa mauvaise image auprès des consommateurs. Mais la société semble sûre de son coup et assume sa fusion avec WhatsApp. N’oublions pas que Facebook a déjà annoncé que son poulain, Instagram, connaîtra le même sort. Il semble évidemment que l’entreprise veut centraliser tous ses services pour renforcer sa position de mastodonte du numérique.