On a reçu un signal radio venant d’une zone très éloignée de l’espace

Les scientifiques ont reçu un signal radio qui a parcouru une distance de 13 milliards d’années-lumière à travers l’univers. Le signal est parvenu jusqu’à la Terre et a été capté par de nombreux observatoires. Il provient d’un quasar très rayonnant appelé P172+18 qui dispose d’une énorme quantité de lumière et d’énergie. C’est la plus lointaine source ayant été détectée jusqu’à présent.

La recherche a été menée par Eduardo Bañados, astronome à l’Institut Max Planck en Allemagne, et Chiara Mazzucchelli, chercheure à l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili. Au moyen d’une modélisation informatique, l’équipe a réussi reconstituer le quasar tel qu’il était lorsque l’univers n’avait que 780 millions d’années.  

Un satellite orbitant autour de la Terre
Crédits Pixabay

Les observations ont permis de déterminer que P172+18 comprend un trou noir d’environ 300 millions de fois plus grand que le Soleil. Cet immense noyau galactique peut engloutir des matières se trouvant à de grandes distances.

Une découverte rare et passionnante

Les chercheurs ont capturé ce signal dans la nuit du 12 janvier 2019 à l’aide d’un spectrographe via le télescope Magellan Baade de l’observatoire de Las Campanas au Chili. L’équipe a confirmé ses découvertes en utilisant d’autres télescopes comme le VLT de l’ESO, le VLA de l’Observatoire national de radioastronomie et le  Keck.  

P172+18 fait partie des rares quasars radio-lumineux lointains et pouvant être observés depuis la Terre qui figurent parmi la base de données de la communauté astronomique.

« C’était une nuit passionnante. Après avoir reçu les données du télescope, nous nous sommes rendu compte qu’il s’agit d’une découverte importante. Nous avons reconnu qu’il s’agit d’un quasar et que c’est la plus lointaine émission radio connue jusqu’à ce jour. »

Bañados

A lire aussi : Retour sur la théorie de la forêt sombre

Des quasars aux caractéristiques extraordinaires

Les quasars sont de puissants et lumineux noyaux galactiques. Les chercheurs estiment qu’ils étaient nombreux durant les premiers milliards d’années de l’Univers. Ils proviennent des interactions entre les forces gravitationnelles des trous noirs et les matériaux gazeux qui s’éparpillent. Leurs observations ont été possibles grâce aux disques de gaz lumineux qui entourent les trous noirs en leur sein.

Ce genre de signal est précieux aux yeux des chercheurs, car il peut donner des réponses à des énigmes non résolues sur la formation de l’univers.

« Le fait de trouver ce genre de quasars est comme trouver une aiguille dans une botte de foin. En plus, seulement 10 % d’entre eux montrent une forte émission radio, donc ces objets sont très rares. »   

Bañados       

Mots-clés astronomie