Silk Road 2 : le fondateur du site arrêté et condamné à 5 ans de prison

Il y a quelques jours, un tribunal de Liverpool, en Angleterre, a condamné le fondateur de Silk Road 2 à une peine de cinq ans et quatre mois de prison fermes. Thomas White, aussi connu sous le pseudonyme de Dread Pirate Roberts 2 (DPR2), a plaidé coupable pour des crimes commis lorsqu’il a géré la plateforme ainsi que d’autres actes perpétrés sous une autre fausse identité.

La première version de Silk Road avait été supprimée en 2013, après l’arrestation de son créateur, Ross Ulbricht.

Prison Facebook

Crédits Pixabay

Ce dernier a été emprisonné à perpétuité. Thomas White avait repris les règnes en créant la deuxième version du site. Il avait été arrêté en 2014. Les autorités britanniques ont mis du temps avant de trouver les preuves nécessaires pour l’incriminer.

Notons que Silk Road était un peu l’équivalent d’Amazon sur le dark web. Il s’agissait de l’une des plus importantes plateformes de vente de produits illicites. Le site permettait le commerce de drogues, d’armes et de contenus pédopornographiques.

De nouveaux éléments de preuve

Thomas White a plaidé coupable à de nombreuses accusations. Il a reconnu avoir favorisé le trafic de drogue, le blanchiment d’argent ou encore la diffusion de la pornographie infantile.

Les autorités ont fait le lien entre White et le site à travers des transactions financières et des échanges en Bitcoin. Cependant, au Royaume-Uni, il est interdit de couvrir certaines affaires juridiques avant leur conclusion afin d’éviter que les suspects subissent un « procès par les médias ». C’est la raison pour laquelle l’affaire a été tenue dans la discrétion.

Dernièrement, Paul Chowles, un enquêteur de la National Crime Agency (NCA), a déclaré que des preuves formelles ont enfin été mises au jour. L’une d’elles est la clé de cryptage privée appartenant à DPR2, qui était stockée sur l’un de ses ordinateurs.

D’après Chowles « DPR2, alias Thomas White, était le patron. Il était l’esprit dominant dans tout cela, et c’était lui qui le faisait avancer. »

Un cybercriminel converti en défenseur de la protection de la vie privée

Après son arrestation en novembre 2014, Thomas White a été libéré sous caution. Il s’est créé une nouvelle image en s’autoproclamant défenseur de la protection de la vie privée.

Depuis, il est très actif dans le milieu de la sécurité informatique. Adoptant le pseudonyme «The Cthulhu» sur Twitter, il a partagé maintes réflexions sur des sujets liés à la sécurité et la confidentialité.

Via son blog, il a publié un guide sur la manière de configurer en toute sécurité un service caché de Tor.

Mots-clés darknetsilk road