Six mois de prison pour s’être fait passer pour un professionnel du cinéma pornographique sur les réseaux sociaux

Facebook, Twitter et toutes les autres plateformes sociales se sont considérablement développées durant cette dernière décennie, donnant par la même occasion un sentiment de liberté chez de nombreuses personnes à travers le monde. Toutefois, si ces outils ont de nombreuses qualités, ils peuvent aussi être mal utilisés et les arnaques ainsi que les usurpations d’identité ont ainsi beaucoup augmenté sur ces plateformes au fil de ces derniers mois.

Récemment, un nouveau cas a ainsi été recensé dans le département du Pas-de-Calais, dans le nord de la France.

Usurpation

Un Wimereusien âgé de trente-trois ans a en effet utilisé de fausses identités dans le seul but de nouer des relations homosexuelles avec des hommes rencontrés sur Internet.

Il se faisait passer pour un professionnel de l’industrie pornographique

Le prévenu, un homme présentant des troubles du comportement et des problèmes d’élocution, a tenté à plusieurs reprises de faire des rencontres sur Internet. Sans succès cependant. En se rendant compte de son handicap, les hommes contactés l’ont rapidement ignoré.

Faute de mieux, le Wimereusien a alors tenté une approche différente en se faisant passer pour une femme pendant plusieurs semaines et en dévoilant ensuite sa véritable identité aux hommes contactés.

Après plusieurs échecs répétés, l’homme a cependant été contraint de changer de stratégie et il a ainsi entrepris de contacter plusieurs hommes en se faisant passer pour un professionnel de l’industrie pornographique et en leur promettant de leur faire profiter de ses nombreux contacts en échange de quelques services.

Une fois sa cible ferrée, le Wimereusien demandait à ses futurs acteurs d’effectuer des actes érotiques devant sa caméra en leur promettant de montrer ces images à des producteurs.

Il utilisait ensuite ces contenus pour exercer une pression sur ses victimes et pour les contraindre à nouer une relation amicale avec lui… ou plus si affinités.

6 mois de prison avec sursis

Plusieurs hommes ont mordu à l’hameçon et l’un d’entre eux a même accepté de le rencontrer dans une chambre d’hôtel à Paris. Une fois encore, l’expérience s’est soldée par un échec et une dispute a éclaté entre les deux hommes, poussant du même coup la police à intervenir.

Sur le coup, les autorités n’ont pas flairé l’arnaque et l’affaire a ainsi été classée sans suite… pour revenir sur le tapis lorsque deux autres victimes ont déposé une plainte formelle. Le Wimereusien a rapidement été identifié par les autorités et il a été récemment présenté devant un tribunal compétent.

Devant le juge, l’usurpateur reconnaît tout de suite les faits en ajoutant que des acteurs pornos ont déjà réussi dans le domaine de la pornographie grâce à lui.

Le substitut du procureur a expliqué que la consultation des réseaux sociaux et l’usurpation d’identité n’étaient pas répréhensibles du moment que cette activité reste dans les limites de la loi.

En revanche, l’utilisation des images sans la permission de la personne ainsi que les appels téléphoniques malveillants sont punis par la loi. Compte tenu de la gravité des faits, le tribunal a donc condamné l’accusé à une peine de six mois de prison avec sursis. Par contre, ses affaires judiciaires vont se poursuivre car un producteur a porté plainte contre ce dernier pour faux et usage de faux..

Mots-clés justiceweb