Six semaines dans une usine d’assemblage d’iPhone

Si pour certaines personnes, les vacances d’été sont destinées à passer de bons moments au soleil, d’autres ont profité de l’occasion pour faire quelque chose d’inhabituel. C’est peut-être le cas pour cet étudiant new-yorkais appelé Dejian Zeng. L’an dernier, le jeune homme a décidé de s’infiltrer dans une usine d’assemblage d’iPhone en Chine, près de Shanghai, durant son temps libre.

Il avait déposé sa candidature au sein de la firme et il a fini par se faire engager. En réalité, son but était de mener une enquête poussée sur le quotidien et les conditions de travail des ouvriers chinois. Après avoir exploré les lieux durant six semaines, il a décidé de partager son expérience avec Business Insider.

Insider Apple

Cette expérience, réalisée dans le cadre d’un projet d’études, lui a permis de découvrir que les employés travaillent très dur pour un salaire misérable.

Une condition de travail désagréable

D’après Dejian Zeng, les employés commencent à prendre leur poste à partir de 7h30 et travaillent pendant 12h d’affilée, repas et pauses inclus. Il s’agit d’un travail à la chaîne, chacun effectue donc le même geste tous les jours et la productivité prime. Zeng, lui, avait comme mission de visser le dos d’un iPhone sans relâche pendant de longues heures. Le jeune homme était également chargé d’assembler les iPhone 6 et iPhone 7.

Pendant les heures de travail, aucun bruit hormis ceux des machines ne devait se faire entendre. Dans le cas contraire, le manager pouvait s’irriter et infliger des sanctions. Heureusement, les ouvriers retrouvent un peu de liberté pendant la pause de midi, une pause de 50 minutes. Pendant ce temps, ils peuvent même faire une petite sieste, mais à la condition expresse de rester assis sur leur chaise.

Les contrevenants s’exposent en effet à une réduction de salaire.

L’expérience que Dejian n’oubliera pas est le test de production de l’iPhone 7, un test s’apparentant selon lui à de la « torture. » Les ouvriers devaient produire cinq smartphones par jour. Quand l’assemblage d’un smartphone est terminé, ils doivent donc attendre le prochain tout en restant stoïques et silencieux.

Un salaire misérable

À la fin de la journée, chacun rejoint son dortoir, des salles partagées par huit personnes. Bien évidemment, le loyer et la nourriture seront à déduire du salaire des employés.

Ils peuvent cependant prendre une douche et même bénéficier parfois de l’eau chaude. Cependant, il y a des moments où il n’y a pas d’eau du tout.

Après avoir travaillé très dur pendant un mois, Dejian n’a reçu qu’un salaire de 3100 yuans, soit 425 euros. Il ne pourra même pas s’offrir un iPhone avec sa paie. Il a conclu donc que le rapatriement des usines chinoises d’Apple aux USA, selon la promesse de Donald Trump, sera totalement impossible.

Les Américains ne pourront en effet jamais accepter de telles conditions de travail avec ce salaire de misère.

Crédits Photos : Dejian Jang

Mots-clés appleinsolitenopub