Smartphones en Russie : les logiciels et applications de fabrication russe bientôt obligatoires

La Russie continue sa croisade contre toutes les technologies qui pourraient être une menace pour les valeurs du pays. En novembre dernier, le gouvernement avait décidé d’interdire la vente de gadgets qui n’intègrent pas de logiciels et/ou applications fabriqués au pays.

Aujourd’hui, les autorités russes ont décidé de passer à la vitesse supérieure : de nouvelles directives ont été mises en place concernant le type de logiciels et applications qui doivent accompagner les smartphones et autres gadgets électroniques vendus au pays.

crédits Pixabay

Selon un nouveau rapport dévoilé par le site Reuters, le Service fédéral russe anti-monopole a fait une importante déclaration sur le sujet. Il a décrété que bientôt, les logiciels et applications qui prennent en charge les valeurs russes allaient être obligatoires.

Promouvoir la technologie russe

Il a été annoncé que cette nouvelle loi entrera en vigueur dès le mois de juillet prochain. À compter de cette date, tous les smartphones commercialisés sur le territoire russe devront disposer d’un logiciel préinstallé qui prend en charge les valeurs traditionnelles du pays.

Aucune précision n’a encore été donnée concernant les valeurs en question. Le Service fédéral russe anti-monopole a juste indiqué que les logiciels devaient non seulement être populaires et parfaitement sécurisés, mais aussi aider à la « formation de la priorité des valeurs spirituelles et morales traditionnelles russes ».

Oleg Nikolayev, l’un des co-auteur de la loi, explique que le but est de promouvoir la technologie russe, mais aussi de faciliter l’utilisation des smartphones et gadgets commercialisés au pays. « À côté des applications préinstallées, nous proposerons également les applications russes aux utilisateurs, ils auront le droit de choisir », a-t-il indiqué.

Des directives qui posent problème

Si les intentions du gouvernement russe sont honorables (vis-à-vis des concitoyens), l’idée ne plaît pas du tout aux fabricants et distributeurs de gadgets technologiques. Ces derniers n’ont d’ailleurs pas adopté la loi.

L’Association des sociétés commerciales et des fabricants de matériel électrique domestique et d’ordinateurs (RATEK) a expliqué que l’installation de logiciels et applications de fabrications russes ne serait pas possible sur certains appareils.

Du côté des grandes marques, certaines n’auraient pas l’intention de se plier aux règles. C’est notamment le cas d’Apple qui serait prêt à se retirer du marché russe s’il le faut.