Smiley Face Murder ou l’étrange théorie du tueur en série impuni

Y a t-il un tueur en série qui traque les étudiants universitaires ? Au moins 45 décès de jeunes hommes sont attribués par certains au « Smiley Face Killer », mais la plupart des services de police affirment qu’il n’existe pas.

Malgré tout, la théorie du Smiley Face Murder continue de persister, et les corps de s’accumuler.

Smiley

Une série de morts suspectes d’étudiants

La théorie du Smiley Face Murder est née avec deux détectives de la police de New York, Kevin Gannon et Anthony Duarte. Ils ont conclu que les décès d’au moins 45 jeunes hommes par noyade ont trop de similitudes pour être sans rapport. Bien que la théorie soit née à partir des corps trouvés à New York, elle s’est étendue aux cas de meurtres du Midwest. Dans au moins une douzaine de cas, un visage peint en forme de smiley a été trouvé près d’un plan d’eau où le cadavre d’une victime avait été retrouvé.

Presque toutes les victimes du supposé Smiley Face Killer étaient des étudiants. Les détectives pensent que le motif pourrait être la jalousie, car tous ces hommes étaient beaux, athlétiques et brillants à l’école. Parce que certains des décès sont survenus la même nuit, mais dans différents états, les détectives Newyorkais ont ​​légèrement modifié leur théorie, affirmant que les meurtres auraient pu être commis par un gang organisé de tueurs. Selon les rapports, Gannon et Duarte ont cru suffisamment en leur théorie pour engager leur propre argent pour poursuivre l’enquête lorsque les fonds officiels ont tari.

Des avis partagés sur la cause des décès

Tout a commencé avec la mort en 1997 de Patrick McNeill, âgé de 21 ans. McNeill a été vu pour la dernière fois en train de boire avec des amis dans un bar de Manhattan. Son corps a été retrouvé deux mois plus tard à 19 km, près de l’entrée du port de New York. La police n’a trouvé aucune preuve de mort suspecte, mais les détectives Gannon et Duarte n’étaient pas convaincus; ils ont donc promis de continuer à travailler sur l’affaire.

Presque tous les décès subséquents ont également été classés comme mort accidentelle par noyade due à l’alcool. Le FBI et plusieurs organisations policières ont enquêté sur les décès et conclu qu’il n’y avait aucun lien. Le Center for Homicide Research est allé jusqu’à publier un rapport exhaustif intitulé « Drowning the Smiley Face Theory » (soit « Noyer la théorie du Smiley Face »). Le rapport énumère 18 raisons pour lesquelles la théorie ne tient pas la route, y compris le fait que les visages souriants sont une forme très commune de graffiti et que le meurtre par noyade est extrêmement rare.

Mais quelques criminologues sont d’accord avec les détectives sur le fait qu’il y a trop de similitudes dans les décès pour les considérer comme une pure coïncidence. Et il y a eu de fréquentes demandes auprès du FBI pour reprendre l’enquête, dont une en 2008 d’un membre du Congrès du Wisconsin.

Une théorie qui persiste envers et contre tous

La théorie du Smiley Face Murder a encore été évoquée en 2016 après la mort par noyade d’un homme de 24 ans à Hoboken. Matthew Genovese avait été vu pour la dernière fois dans un pub local avec des amis. Comme beaucoup d’autres supposés meurtres, le corps de Genovese n’a montré aucun signe d’agression. Malgré cela, de nombreux habitants de Hoboken ont commencé à paniquer au sujet d’un tueur en série fantôme vivant peut-être parmi eux.

Malgré ce cas plus récent, même Ganon et Duarte ont fini par abandonner leur théorie. Après avoir passé des années (et apparemment dépensé beaucoup de leur argent) à essayer de corroborer la théorie du Smiley Face Killer, le duo a arrêté de faire des recherches sur le cas vers 2012.

Les familles des victimes et un certain nombre de théoriciens du complot sur Internet, cependant, maintiennent l’espoir que la théorie du Smiley Face Murder se confirme un jour. Cela donnerait un sens à la mort de nom

Mots-clés insolite