Snapchat a conduit à l’arrestation d’un violeur

Snapchat a conduit à l’arrestation d’un violeur en début de semaine. L’homme a en effet été filmé pendant l’agression et la police a pu l’identifier grâce à la vidéo mise en ligne par la victime.

L’histoire remonte à la semaine dernière. La police de Danbury Township, une ville perdue au milieu de l’Ohio, a reçu au beau milieu de la nuit un appel d’un homme dont l’identité n’a pas été divulguée. Il se disait inquiet pour une de ses amies, une femme âgée d’une vingtaine d’années vivant avec sa grand-mère et le nouveau mari de cette dernière, un certain James Allen.

Violences domestiques

Une patrouille a immédiatement été envoyée sur place. La femme était ivre, mais elle semblait en bonne santé et elle avait l’air d’être en sécurité.

Elle a diffusé des vidéos de l’agression sur Snapchat

Les agents ont donc procédé aux vérifications d’usage avant de repartir en direction du commissariat.

La police a cependant reçu un second appel du même homme un peu plus tard dans la nuit. Paniqué, il venait de recevoir deux vidéos sur Snapchat, des vidéos mettant en scène une agression sexuelle. La femme apparaissait clairement sur les images, de même pour le mari de sa grand-mère.

Les autorités ont immédiatement envoyé une nouvelle équipe sur place pour porter secours à la femme. Elle a été transférée dans une clinique afin de passer une série d’examens et ces derniers ont confirmé le rapport sexuel. L’agresseur présumé a donc été placé en détention.

Michael Meisler, le chef de la police, a ouvert une enquête dans la foulée et il a convoqué le témoin pour examiner les vidéos partagées par la victime.

L’agresseur a été placé en détention

Très explicites, elles laissaient peu de place au doute. Malgré son ivresse, la victime avait en effet réussi à filmer le visage de son agresseur et une bonne partie de l’agression. Le dossier a donc été transmis à James VanEerten, le procureur du comté d’Ottawa.

Face à l’accumulation des preuves, James Allen n’a pas démenti l’agression. Selon l’entretien donné par le procureur au Port Clinton News Herald, l’homme s’est même montré coopératif.

La victime a été longuement interrogée. La situation est encore confuse, mais les enquêteurs pensent que l’agression a eu lieu entre les deux appels de son ami. En revanche, ils ne savent pas si le viol a été prémédité.

La police, de son côté, a récupéré les vidéos partagées sur Snapchat et elle a demandé à la plateforme de les supprimer afin de ne pas porter davantage atteinte à la victime.

Mots-clés justicesnapchat