Snapchat a permis d’arrêter une prédatrice sexuelle

Snapchat a permis à la police de Californie d’identifier et d’appréhender une prédatrice sexuelle. La femme a été arrêtée et placée en détention. Elle passera très bientôt devant un tribunal pour répondre de ses actes et elle risque de passer un bon bout de temps à l’ombre.

Samantha Lee Ciotta a trente-deux ans et elle enseigne depuis plusieurs années l’anglais à la Beaumont High School, une école située dans le comté de Riverside en Californie.

Snapchat ado

La femme a été arrêtée par la police le 20 septembre dernier et elle est accusée d’avoir eu des rapports sexuels avec un étudiant mineur.

Tout est parti d’une vidéo publiée sur Snapchat

Placée en détention, elle a été remise en liberté le lendemain après avoir déposé une caution de 150 000 $. La police mène toujours l’enquête et l’accusée devrait être entendue par le tribunal le 3 novembre.

L’affaire remonte cependant à l’été. En août, un lycéen est en effet tombé sur une étrange vidéo en regardant le téléphone d’un ami. Elle présentait une femme posant en sous-vêtements entre deux garçons mineurs.

L’élève a immédiatement demandé à son camarade si cette femme était Mme Ciotta, leur professeur d’anglais.

Le garçon a répondu par l’affirmative et il a ensuite révélé à son ami avoir eu plusieurs rapports sexuels les deux semaines précédentes avec l’enseignante et l’autre élève présent sur la vidéo.

L’affaire s’est rapidement ébruitée et la police locale a fini par ordonner l’ouverture d’une enquête. Les agents ont fait une perquisition au domicile de l’enseignante et ils ont découvert une note manuscrite déchirée s’adressant au mari de Samantha Lee Ciotta, une note évoquant la relation entretenue avec l’adolescent de quatorze ans.

Elle passera devant un tribunal le 3 novembre

D’après les premières conclusions de l’enquête, l’enseignante aurait commencé à s’intéresser au garçon deux ans plus tôt.

Très mauvais à l’école, l’enfant était décrit comme un élément perturbateur et Ciotta s’est entretenue à plusieurs reprises avec les membres de sa famille afin de tenter de résoudre le problème. Par la suite, elle se serait prise d’affection pour lui et elle lui aurait ainsi donné des cours particuliers afin de l’aider à faire face à ses lacunes.

La victime avait 14 ans à l’époque et il vivait chez des membres éloignés de sa famille. Sa mère est en effet décédée quelques années plus tôt et son père se trouvait en prison.

Les semaines passant, l’enseignante et son élève auraient commencé à se rapprocher, avec les résultats que l’on connaît.

Face à la situation, le mari de l’accusée a demandé le divorce au début du mois et il a quitté la maison familiale avec leurs deux enfants. L’enseignante a été libérée sous caution et elle a été placée en congé administratif par son école en attendant l’issue de son procès.

Mots-clés justicesnapchat