Snapchat a un problème avec les dealers

Selon une enquête réalisée par la BBC, des dealers de drogue utilisent Snapchat pour vendre leurs produits. Ils utilisent des techniques dignes d’une vraie stratégie marketing pour conquérir le marché de Middlesbrough et fidéliser leurs clients. Les journalistes ont utilisé un faux profil d’un garçon de 14 ans pour feinter les trafiquants.

Le leurre a pu acheter deux grammes de MDMA. L’affaire a été conclue rapidement et la substance illicite a été livrée en quelques minutes.

Snapchat

Crédits Pïxabay

Rappelons que Snapchat permet à ses utilisateurs de publier des contenus qui se suppriment automatiquement après avoir été vus. L’enquête a révélé que de nombreux comptes de dealers publient régulièrement des vidéos.

Dans les séquences, ils font la promotion de quantités importantes de cocaïne, de MDMA, de kétamine et de cannabis.

Cette révélation a suscité de nombreuses critiques allant à l’encontre de Snapchat. Pour l’instant, les autorités locales se retrouvent démunies face à ce fléau.

Un dealer organisait une tombola pour élargir sa clientèle

Ainsi, il est possible, même pour des mineurs de Middlesbrough, d’acheter de la drogue dure pour seulement 11 euros. L’un des comptes annonçait qu’il offrait 28g de MDMA dans une tombola.

Pour participer au petit concours, les intéressés devaient eux aussi faire la promotion du compte du dealer auprès de deux de leurs amis sur la plateforme. Sur le marché, cette quantité équivaudrait à environ 1 648 euros.

Les dealers faisaient également la publicité de leurs marchandises par messagerie privée.

Un risque élevé de mortalité

« Le pire qui puisse arriver aux jeunes qui consomment un cachet de deux grammes de MDMA est qu’ils courent le risque de mourir. C’est aussi simple que cela », a affirmé Harry Shapiro, un conseiller en matière de drogues.

En avril 2019, un jeune garçon âgé de 13 ans a perdu la vie après avoir consommé un cachet d’ecstasy qu’il s’est procuré via l’application. « Je blâme Snapchat. S’ils n’avaient pas pu faire de publicité sur Snapchat, Carson n’aurait pas pu mettre la main sur ces drogues », s’est indignée Tatum Price, sa mère. « Je ne devrais même pas savoir où se trouve mon cimetière local, encore moins aller voir mon enfant de 13 ans. »

Les autorités locales ont qualifié la situation d’« alarmante ». « Je dirais à Snapchat qu’il est tout à fait clair que vous avez créé ce service pour fournir du divertissement et du plaisir », a déclaré Esther Rantzen, fondatrice de Childline, un service de conseil pour les enfants et les adolescents. « Vous ne voulez pas tuer des enfants, mais si cela est mal utilisé, ce sera l’effet, vous devez faire quelque chose pour protéger les enfants, pour protéger les jeunes et mettre fin à ce commerce meurtrier ».

Mots-clés snapchat