Snapchat : il se filme en conduisant et finit au tribunal

Snapchat et la sécurité routière ne font pas bon ménage comme le prouve cette nouvelle histoire. Un certain Arthur s’est en effet filmé avec son smartphone en train de conduire de manière dangereuse. L’affaire a fini devant le tribunal.

Arthur a donc une vingtaine d’années et il est originaire de la Gaume, une région située dans l’extrême sud de la province de Luxembourg en Belgique, non loin de la frontière française.

Snapchat

Très actif sur les réseaux sociaux, il s’est levé un beau matin avec une idée particulièrement stupide en tête : se filmer en train de conduire et diffuser toute la scène sur Snapchat.

Il s’est filmé en train d’avoir une conduite dangereuse

Loin de se contenter d’une simple vidéo, le Gaumais de vingt-trois ans s’est alors amusé à adopter une conduite particulièrement sportive sans tenir compte de la réglementation en vigueur dans sa région.

Arthur s’est donc filmé en excès de vitesse et en train d’effectuer des dépassements dangereux. Il a également grillé quelques feux, sans oublier d’immortaliser ses prouesses au travers de plusieurs séquences, des séquences directement partagées sur la plateforme sociale.

Mais voilà, les réseaux sociaux sont de plus en plus surveillés par les autorités et les frasques de notre intrépide conducteur – certains diront même chauffard – ne sont pas passées tout à fait inaperçues.

En réalité, c’est même tout le contraire et les forces de l’ordre ont ainsi pu suivre les agissements du conducteur. Face à la gravité de la situation, les autorités ont pris la décision de poursuivre Arthur pour conduite imprudente et le dossier du jeune homme a été présenté hier devant le tribunal correctionnel d’Arlon.

Les autorités ont décidé de le poursuivre

L’affaire ne sera pas jugée tout de suite, mais Arthur risque une lourde sentence compte tenu de la liste des infractions commises.

Il faut d’ailleurs rappeler que ce n’est pas la première fois qu’un utilisateur de Snapchat se retrouve en mauvaise posture suite à la diffusion d’une vidéo. En mars, un pilote de ligne a ainsi été suspendu après avoir partagé sur la plateforme des séquences le mettant en scène, et ce alors même qu’il se trouvait aux commandes d’un long-courrier.

Plus récemment, deux collégiens ont été mis en examen après avoir diffusé un viol sur la plateforme. Une fois encore, la vidéo a servi de preuve aux forces de l’ordre et elle leur a permis d’identifier rapidement les responsables de cet acte inqualifiable.

Mots-clés snapchat