Quand Snapchat est utilisé pour “jouer” aux esclavagistes

Snapchat est très populaire auprès des collégiens et des lycéens. La plupart d’entre eux utilisent la plateforme pour rester en contact avec leurs amis et échanger avec eux. Ce n’était pas le cas de ces lycéens originaires de la ville d’Aledo, au Texas.

Comme nous l’apprend le Washington Post (lien payant), plusieurs groupes ont été découverts sur la plateforme.

Une femme se tenant le visage dans les mains
Photo de Anthony Tran – Unsplash

Créés par des lycéens de la ville d’Aledo, ils fonctionnaient comme des places de marché virtuelles… pour la vente d’esclaves.

Des ventes virtuelles d’esclaves sur Snapchat

Sur ces groupes, leurs membres faisaient en effet semblant d’acheter et de vendre leurs camarades noirs. Pire encore, ils avaient même mis au point un barème afin de définir le prix de chacun d’entre eux.

Barème principalement basé sur leurs traits physiques, comme leur corpulence ou encore leur coupe de cheveux.

Le Post ne précise pas combien d’élèves se sont adonnés à cette affligeante pratique, mais nos confrères précisent que plusieurs groupes similaires avaient été créés sur Snapchat. Des groupes aux noms très explicites, cela va de soi.

Susan Bohn, la responsable du district, a fini par avoir eu vent de l’affaire et elle a rappelé lors d’une allocution reprise par le Washington Post qu’il n’y avait pas de place pour racisme ou la haine dans le district scolaire d’Aledo. D’ajouter ensuite que l’utilisation d’un langage offensant et raciste était “totalement inacceptable”.

Des propos inqualifiables

Les membres de ces groupes ont en outre été identifiés et des sanctions ont été prises à leur encontre. Le Post ignore en revanche leur identité ou leur nombre.

En revanche, nos confrères indiquent également dans leur article que certains de ces groupes étaient illustrés avec des images racistes d’une extrême violence. L’un d’entre eux arborait notamment un policier blanc armé et un homme noir.

Un rappel de la tragédie qui a frappé Minneapolis.

De leur côté, les lycéens du district se sont dit totalement consternés par cette affaire.

Mots-clés snapchat