Ces ingénieurs pensent que le parade nuptial des moustiques serait la clé pour rendre les drones plus silencieux

Selon une étude menée par des chercheurs en génie mécanique de l’Université John Hopkins, le vol nuptial des moustiques est un parfait exemple de l’adaptation de cet insecte à son environnement, et on pourrait bien s’en inspirer pour produire des drones bien moins bruyants que ceux qu’on connaît actuellement.

Si vous ne le saviez pas, apprenez que le fameux bruit que font les moustiques, ce vrombissement qui nous casse tant les oreilles, est expressément généré par ces insectes pour atteindre un objectif : générer un son directionnel afin d’attirer un partenaire potentiel.

Crédits Pixabay

C’est donc en étudiant les capacités aérodynamiques des ailes des moustiques que les chercheurs sont parvenus à cette conclusion, et en travaillant sur la conception d’hélices capables de reproduire la performance des ailes des moustiques.

Bien sûr ça sert à voler, mais pas uniquement

D’après les chercheurs, les ailes des moustiques, longue et mince, sont parfaitement adaptées pour les suspendre dans les airs. Mais en prime, cette forme caractéristique permet à ces insectes d’effectuer des battements plus rapides et plus courts, produisant des sons à une fréquence élevée. Ce qui produit ce son gênant auquel on reconnaît l’approche d’un moustique.

Mais ce n’est pas tout. Les scientifiques ont également découvert que les ailes battent également en effectuant un mouvement de rotation, dirigée vers l’avant. Cela permet aux moustiques de se faire entendre, et d’attirer l’attention des moustiques de l’autre sexe qui se trouve devant eux, tout en se maintenant en l’air.

D’ailleurs, l’anatomie et la physiologie des moustiques a évolué de manière à résoudre le « problème multifactoriel » qui consiste à voler et à flirter en même temps, explique Rajat Mittal, professeur en génie mécanique, qui est l’un des chercheurs qui ont travaillé sur cette étude.

Rendre les drones plus silencieux ou empêcher les moustiques de se reproduire

Ça peut sembler bizarre, mais les résultats de cette recherche menée sur les moustiques et les performances de leurs ailes permettrait, selon les chercheurs de répondre à deux objectifs.

En effet, toujours selon Mittal : « comprendre les stratégies et les adaptations utilisées par les insectes tels que les moustiques pour contrôler leur bruit pourrait éventuellement fournir des informations sur la mise au point de drones silencieux et d’autres véhicules microaériens bioinspirés ».

Et d’un autre côté, sachant que la fréquence de vibration des ailes des moustiques n’est pas identique chez les mâles et les femelles, les résultats de cette recherche pourraient également servir à l’étude de la manière dont le son affecterait, à la bonne fréquence, le vol des moustiques afin d’interrompre leur rituel de reproduction.

Mots-clés ingéniérie