Sonic, le film : Jim Carrey pas à l’aise de voir le public s’inscrire dans la création

Relativement épargné par le flot de commentaires négatifs émis suite à la diffusion de la première bande-annonce de Sonic, le film, Jim Carrey n’en reste pas moins un acteur majeur du projet à plus d’un titre. Et l’incarnation d’Eggman n’est pas sans nourrir quelques inquiétudes quant à l’impact du public sur le développement du long-métrage.

Au printemps dernier, Sonic, le film dévoilait sa toute première bande-annonce, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a fait réagir. Notamment sur l’apparence donnée au hérisson le plus rapide que la Terre ait porté. Le marsupial dans cette version de synthèse ne semblait ainsi cocher aucune case des points attachants de l’original.

crédit YouTube

Après le revirement du réalisateur du film, qui a donc assuré que Sonic n’allait définitivement pas avoir cette forme dans les salles, l’espoir avait de nouveau droit de cité. Mais il en est un pour qui ce changement de design pose problème, et il s’agit de Jim Carrey, qui campe ici le principal antagoniste de Sonic.

Le public qui décide ce que sera Sonic dans le film  : « intéressant » pour Jim Carrey

À l’occasion d’un panel centré sur la série Kidding, Jim Carrey a été appelé à s’exprimer sur la polémique ayant entouré l’apparence de Sonic dans le film du presque même nom. Dans des propos rapportés par EW.com, l’acteur ne cache pas sa gêne devant cette situation :

« C’est quelque chose d’intéressant. À un moment, vous n’êtes plus que leur créature de Frankenstein, n’est-ce pas ? Mais je ne sais pas. Je sais pas trop quoi penser du public qui participe à la création [du film] pendant que ça se fait. Il faudra donc voir ce que ce que cela va entraîner, parce que parfois vous vous rendez compte que la conscience collective décide qu’elle veut quelque chose, et puis quand elle l’obtient, elle dit : ‘OK. Je n’en avais rien à faire en fait, je voulais juste ça. J’ai juste pris le train en marche’, ou quelque chose dans le genre. Mais je ne sais pas ce qui va se passer. »

Si, en théorie, la vision première du réalisateur doit être respectée, dans le cas de Sonic, le film, cela en serait revenu à rester dans son siège en ravalant son vomi après chaque apparition du hérisson.

Mots-clés jim carreysonic