Sony a présenté un picoprojecteur assez peu folichon

Sony a profité de cette édition 2018 du CES pour présenter plusieurs projecteurs. Deux d’entre eux ont attiré l’attention de la presse. Andy avait eu l’occasion de parler du premier il y a quelques jours. Il s’agissait d’un produit (très) haut de gamme capable de diffuser une image 4K avec une focale extrêmement courte (25 cm).

Nous nous intéressons aujourd’hui au second. Cette fois Sony a misé sur la compacité avec cet appareil, qui se présente comme un picoprojecteur dont la taille excède à peine celle d’un smartphone. Un concept qui semble à la mode depuis quelques mois, mais que Sony n’a peut-être pas suffisamment pris au sérieux avec son MP-CD1. Le projecteur miniature de la firme nippone n’ayant rien d’époustouflant sur le plan technique.

Le constructeur a profité du CES, ayant désormais fermé ses portes, pour présenter un projecteur ultra compact qui ne restera probablement pas dans les mémoires.

Doté de dimensions ultra-compactes (149 x 84 x 16 mm), d’un châssis en aluminium brossé, d’un pas de vis standard permettant d’y fixer un trépied et d’un poids d’à peine 300 grammes, le MP-CD1 aurait pourtant pu s’imposer comme un rival de tout premier ordre aux picoprojecteurs chinois qui fleurissent sur Amazon. D’autant plus avec l’expertise de Sony dans le secteur. Malheureusement pour nous, il n’en est rien…

Une fiche technique palote, mais un tarif haut en couleur

Il faudra donc nous contenter du minimum syndical en termes de luminosité et de définition. Sony a effectivement fait le choix du 480p (854 x 480 pixels) et d’un seuil de luminosité qui plafonne à seulement 105 lumens. Le tout sera capable de projeter une image avec un recul de 3 mètres maximum.

Le dispositif profite toutefois d’une batterie offrant deux heures d’autonomie et de la technologie DLP IntelliBright singée Texas Instruments. Cette dernière permet de profiter d’un bon ratio luminosité / consommation énergétique.

Côté connectique, Sony a pourvu son MP-CD1 d’une sortie HDMI d’un port USB-C et d’une prise jack 2,5 mm. Il sera donc possible d’y connecter un casque ou des enceintes, et une large variété d’appareils allant d’un ordinateur en passant par un smartphone ou une console de jeu.

Dans son packaging la firme japonaise intègre un étui pour le transport de l’appareil, un câble HDMI, un cordon USB ainsi qu’un adaptateur micro-USB. Pour ce qui est de la douloureuse, le constructeur annonce un tarif de 399 dollars, tout en précisant que son projecteur débarquera au printemps sur le sol américain. Une sortie en Europe est également prévue avec un prix qui avoisinera sûrement les 400 euros.

A tarif nettement inférieur et à spécifications techniques pratiquement identiques, nous lui préférons de prime abord le picoprojecteur signé Uten que nous avons testé début décembre. Si vous disposez toutefois d’un budget de 400 euros, Les Numériques vous recommandent plutôt d’investir dans un Vivitek Qumi Q3 Plus. Vous y trouverez une luminosité de 500 lumens et une définition HD (720p).